Dossier Export (nov. 2012) :#passeport pour l'export

(publié le 01 novembre 2012)

Le Comté fait partie des 10 produits protégés en Chine dans le cadre d'un accord réciproque négocié avec l'Europe. Un signe positif qui incite les entreprises de la filière à s'interroger sur l'intérêt d'exporter vers ce marché. Pour défricher le terrain, le CIGC a mandaté un cabinet d'étude. Les premiers résultats de l'étude de marché ont été présentés le 18 septembre à la commission export.

Cette même commission s'est réunie avant l'été pour choisir les agences qui interviendront sur les marchés européens (Allemagne, Belgique, Angleterre) et définir les pistes de communication à développer en direction de 3 pôles : européen, asiatique et américain.

À découvrir également dans ce dossier, une rétrospective des exportations 2011 et la vision d'une anthropologue franco-américaine, fine connaisseuse du Comté, sur les rapports entre alimentation et identité nationale.

> 2 630 tonnes de Comté exportées en 2011.- Sur les 5 pays évoqués ci-dessous, en 2011, 2 630 tonnes de Comté ont été exportées en direct par les entreprises de la filière. Aux tonnages annuels déclarés par les entreprises et indiqués ci-dessous, il convient d'ajouter les tonnages exportés directement par les grossistes et certains crémiers mais ils ne sont pas évalués par le CIGC.

> Appel à témoins !- Le CIGC recherche des producteurs, des fromagers, des affineurs, des crémiers pour un accueil de nos visiteurs dans leur langue (anglais, allemand, hollandais...). Si vous maîtrisez une langue étrangère, quelle que soit cette langue, et vous désirez témoigner de votre attachement au Comté ou simplement apporter une aide à la traduction au cours de visites, n'hésitez pas à contacter Aurélia Chimier ou Milène Racle au 03 84 37 23 51.

Le Comté face au marché chinois

Thierry Pate, président de la commission export : « La commission étudie les perspectives de développement des marchés du Comté à l'étranger et les stratégies collectives à mettre en place dans un nombre limité de pays, en cohérence avec les entreprises ».

Dans une volonté de dynamisation des ventes de Comté à l'export, les professionnels de la filière se tournent vers les marchés émergents et la Chine en particulier, en raison de la taille du marché potentiel et de son taux de croissance élevé.

Considéré comme le marché de “demain”, il est demandé au CIGC d'assurer un rôle collectif de défrichage, avant d'organiser la promotion de la filière Comté de façon plus pérenne. Une première approche du marché a été réalisée avec le cabinet Altios. Les résultats des études ont été rendus le 18 septembre dernier. Les indicateurs semblent au vert. Si le marché du fromage est encore très peu mature, il connaît toutefois un développement rapide et le potentiel de progression semble important. Il se concentre aujourd’hui dans les zones les plus développées, grandes villes et régions côtières.
Bien que le Comté soit peu connu et consommé en Chine, les échanges avec les acteurs du marché montrent qu’il est apprécié. Son origine française et son AOP rassurent, le plaçant comme un produit haut de gamme et de qualité dans l’esprit des consommateurs. Il n’existerait donc pas d’incompatibilité avec le développement possible du Comté dans l’avenir, ce qui n’occulte pas bien sûr les difficultés de l’exportation dans un pays où les réglementations sont en mouvance permanente.
Dans la continuité, un déplacement en Chine des représentants du CIGC et des chefs d’entreprises de la filière est envisagé début 2013, afin de mieux connaître le marché chinois et de les confronter à la réalité du terrain. Ce sera l'occasion de rencontres avec des experts du secteur, acheteurs de la grande distribution, importateurs, restaurateurs/chefs, presse...

Communication : une coopération inter-agences en Europe

Un appel d’offres communautaire a été lancé par le CIGC en début d'année pour sélectionner son partenaire communication qui l'accompagnera dans ses réflexions stratégiques sur 3 marchés européens : Belgique, Allemagne, Royaume-Uni. La réunion de ces marchés dans un cadre commun répond à l'objectif de susciter des synergies créatives et stratégiques communes entre pays, permettant à terme de réaliser des économies d'échelle. Trois agences travaillant déjà chacune pour le Comté se sont associées et ont créé pour l'occasion une coopérative d'agences.

Elles vont travailler ensemble sur un plan stratégique européen avec un pilotage depuis la Belgique. La communication sera basée sur un tandem “modernité-tradition” en faisant varier le curseur selon les pays vers l'une ou l'autre de ces valeurs, pour s'adapter à la culture de chaque pays.

Un rapprochement avec l'American Cheese Society

Le CIGC, membre de l'American Cheese Society depuis plusieurs années déjà, a participé pour la première fois, en tant qu'intervenant, à la conférence annuelle de l'association, qui s'est tenue du 4 au 6 août à Raleigh, invitant les professionnels à échanger sur le stand du Comté en présence d'un producteur.

À l'occasion de cet événement, le Comté a lancé un concours ouvert aux personnes inscrites au Certified Cheese Professionnals (1re certification des professionnels du fromage décernée par l'American Cheese Society). Les candidats sont invités à rédiger un court essai sur une question concernant le Comté, démontrant ainsi leur connaissance du produit et leur créativité.
Le gagnant, désigné par un jury de 3 juges américains –Greg O'neil, président de l'American Cheese Society ; Cathy Strange, acheteuse nationale fromage pour Whole Foods et Max MacCalman, Maître fromager chez Artisanal Premium Cheese Center– participera au prochain voyage de presse au Pays du Comté !
Dans la continuité de ce rapprochement avec le Comté, l'American Cheese Society a proposé au CIGC d'animer un séminaire lors de sa prochaine conférence annuelle qui aura lieu début août 2013 à Madison (Wisconsin) sur la thématique “Goût et terroir”.
Les actions menées par la Comté Cheese Association s'articulent toujours autour des salons professionnels, des relations publiques, de la mise à disposition de matériel promotionnel et de l'animation du site Internet.
Les étudiants de l'Université américaine à Paris en visite dans le Jura. Ici à la fromagerie de Bouverans et à la Maison du Comté (Poligny).Le Comté complétera cette année son panel d'outils de promotion à la disposition des prescripteurs locaux en proposant des vidéos de cuisine destinées plus particulièrement au réseau des professionnels et aux écoles de cuisine. Elles seront également diffusées sur le site Internet www.comte-usa.com.

> Le Comté dans son berceau.- L'accueil sur place, dans les fermes, les fromageries et les caves, reste un volet privilégié et permet de faire partager la culture du Comté. Ce fut le cas dernièrement avec la venue du gouverneur de l'Arkansas, d'un groupe de journalistes gastronomie/art de vivre ou encore d'une promotion d'étudiants américains venus explorer pendant une semaine la notion de terroir dans le Jura.

Le Comté participait pour la première fois à la conférence annuelle de l'American Cheese Society.
Les étudiants de l'Université américaine à Paris en visite dans le Jura. Ici à la fromagerie de Bouverans et à la Maison du Comté (Poligny).

Daphne Zepos

> Hommage à Daphne Zepos.- Le 3 juillet dernier, la communauté fromagère internationale a perdu l'une de ses inspiratrices.

Le décès de l'Américaine Daphne Zepos, à l'âge de 52 ans, fondatrice de l'Essex Street Cheese Company (société qui commercialise une sélection de fromages européens) et co-fondatrice de The Cheese school of San Francisco (Ecole du fromage à San Francisco), a ébranlé tous ceux qui l'ont connue comme professeur, écrivain, importatrice de fromages...

Durant ces 20 dernières années, Daphne Zepos a joué un rôle déterminant dans tous les événements majeurs concernant les fromages traditionnels aux États-Unis et en Europe. L'American Cheese society, dont elle était membre administrateur, lui avait d'ailleurs remis en 2012 le Lifetime Achievement Award, un prix pour l'ensemble de sa carrière et pour sa contribution à l'amélioration des process et de la qualité des fromages à travers le pays.

Christy Shields : « Une immersion bénéfique »

« Pour moi le Comté c'est aussi un esprit de solidarité, une réflexion sur la production, un sens de la tradition et de l'histoire assez “chouette” à étudier, même si ce n'est sûrement pas idyllique ».

Chercheur franco-américaine en sciences sociales au CNRS, Christy Shields enseigne à l'Université américaine à Paris. Chaque été, depuis 3 ans, elle organise un séjour d'une semaine dans le Jura pour ses étudiants. « Une immersion bénéfique », affirme l'anthropologue.

Christy Shields décortique la relation des Américains et des Français à la nourriture*. Elle parle d'expérience.
Elle connaît bien la Franche-Comté et le Comté pour avoir suivi un cursus à l'université de Franche-Comté à Besançon pendant un an, quand elle était elle-même une jeune étudiante américaine arrivant en France, et par les liens amicaux qu'elle a tissés sur place, notamment avec Claire Perrot, qui travaille régulièrement pour le Comté (animations, dégustations avec le Groupuscule d'actions gustatives...). Ce qui explique pourquoi le Comté occupe une place de choix dans son enseignement. Mais ce n'est pas l'unique raison. Elle nous l'explique.

« Nous assistons à une mouvance aux Etats-Unis, qui encourage le “manger correct”. Ce mouvement est devenu un impératif social plus que de santé, allant jusqu'à remettre en cause la place dans la société des “mauvais mangeurs”. Nous touchons à la représentation d'une société idéale avec une alimentation idéale, assortie d'un discours moral collectif. Mais c'est aussi une sorte de révolution positive aux Etats-Unis, un intérêt pour les bonnes choses à manger et une production saine. 

En France, le “bien manger” s'apparente plutôt à un discours gastronomique, privilégiant la santé, le goût, la convivialité, le plaisir. Avec mes étudiants, qui viennent de tous pays, nous passons beaucoup de temps à faire tomber les a priori sur les rapports des Français à la nourriture, qui sont à la fois totalement romantiques, “la France, paradis de la gastronomie” et d'un autre côté, les Français seraient “snobs, élitistes” ! Une étudiante a même été confrontée au refus d'un serveur d'un café parisien devant sa commande : un plateau de fromages avec un Ricard ! (sourires) La meilleure réponse est de leur faire comprendre l'importance de la provenance des produits et d'aller à la rencontre de ceux qui les fabriquent. Les IG et les AOP sont de bons exemples, le Comté en particulier, qui est un peu ma “madeleine” de Proust. Le premier jour de cours, je leur apporte systématiquement un morceau de Comté que l'on goûte ensemble et je leur demande d'écrire 10 minutes sur ce qu'ils ont mangé. Ils réalisent qu'ils n'ont aucun mot, que leur vision est assez plate. Au fur et à mesure de leur séjour dans le Jura, leur perception change. Ils ont rencontré des producteurs, des affineurs, tous passionnés, et pris le temps de vivre et cuisiner ensemble, ne manquant pas d'inviter nos interlocuteurs pour un repas convivial. Tous ces échanges font que, de retour à Paris, ils sont capables d'écrire 2 heures sur le Comté ! Ce qu'ils ont su faire avec le Comté, ils pourront le refaire pour d'autres produits. Ce voyage est assez transformateur pour eux. »

*Christy Shields a présenté dernièrement un travail de thèse dont le sujet était “Approche comparative du rapport entre alimentation et construction identitaire en France et aux Etats-Unis”, sous la direction de l'EHESS (Ecole de hautes études en sciences sociales) rattachée au laboratoire Edgar Morin (CNRS).

Accueil Etudiants USA 2012

Japon, Mongolie, Royaume-Uni..

> Le Comté entre dans les écoles de cuisine au Japon.- La communication du Comté au Japon est une action qui s'inscrit dans la continuité avec un effort particulier en direction des professionnels de la restauration et de la boulangerie qui ont un rôle éducatif auprès de leur client.

En juillet, le CIGC a organisé un séminaire pour les instructeurs en cours de cuisine, en leur donnant des idées de recettes et en les guidant dans les dégustations de plusieurs Comté. Ils partageront leurs expériences dans les cours qu'ils dispenseront ensuite de septembre à décembre, et sur leurs blogs.
La chaîne de boulangerie Donq, quant à elle, a créé et vendu dans ses 127 magasins un “Pain de campagne au Comté”, mettant en oeuvre plus de 600 kg de Comté, dans le cadre de la semaine française qu'elle avait organisée du 29 juin au 16 juillet.

Une délégation japonaise emmenée par l'INAO a été reçue le 8 octobre dernier par our les instructeurs en cours de cuisine. la filière Comté. Au programme : visite d'une fruitière, d'un élevage et rencontre au CIGC. Ici en photo chez Odile et Gilles Duquet, producteurs à Fontain (Doubs).
Le CIGC a organisé un séminaire pour les instructeurs en cours de cuisine.

> Mongolie, l'autre pays du fromage.- Ce qui l'a impressionné : les veines du bois d'épicéa qui marquent la croûte des meules de Comté en cours d'affinage. « Comme un bébé marqué par sa jeunesse », commente-t-il dans un français impeccable. Aiqi Barjijin a appris notre langue au Centre de Linguistique Appliquée de Besançon. Venu de Mongolie intérieure (la partie chinoise de la Mongolie) avec des origines de Mongolie extérieure, c'est par goût du fromage qu'il a choisi la France pour sa formation. Et c'est là qu'il a découvert sa préférence pour le Comté. Inscrit en BTS technico-commercial produits alimentaires, il a débuté ses stages par une découverte de la vente au “Trou de Souris”, crémerie bisontine. Puis il est passé par les allées du fort Saint-Antoine s'initier à l'affinage et surtout découvrir la roue des arômes et la sélection par le goût. À 22 ans, il ne manque pas d'ambition et envisage de développer des échanges commerciaux entre fromages français et mongols. Faire découvrir le Comté à ses compatriotes et exporter vers la France des fromages mongols nombreux et variés. Fromages issus de lait de vache, de chèvre, de brebis et, plus exotique, à base de lait de chamelle ou de yack.

Aiqi (prononcé Aïchi) au fort Saint-Antoine avec son maître de stage José de Almeida.

> Les Farmers Markets, une institution en Angleterre.- Le point marquant cette année au Royaume-Uni a certainement été la mise en route d'un véritable Road Show du Comté, faisant étape sur les fameux Farmers markets (marchés de producteurs où l'on associe ventes et dégustations). Les 7 marchés localisés autour de Londres et dans le sud du pays ont touché plus de 350 000 “foodies”, ou amateurs de gastronomie.

Farmers Markets Angleterre