Véronique Socié,#sociétaire du Comté

(publié le 21 septembre 2006)

Accueil sur les Routes du Comté, animatrice des Amis du Comté, dénicheuse des fromagers de demain : Véronique Socié s’affirme dans le monde du Comté.

Elle file d’une réunion de préparation d’une animation pour Marseille ou Paris à une séance du Jury Terroir, elle devient guide le long d’un sentier botanique puis enchaîne avec une session à la Maison de la réserve à Remoray, plus tard elle s’activera à la traite du soir, et ainsi de suite. Véronique Socié est une pluri-active qui donne tout son sens à l’expression. Elle l’assume avec conviction et enthousiasme. Quand vient l’heure du lever de rideau sur un salon où Les Amis du Comté sont présents, elle fera partager, avec l’équipe, cet état d’esprit aux visiteurs avec l’espoir de leur transmettre un bien beau sentiment : ne plus consommer le Comté comme avant.

Originaire de Morteau, éducatrice de formation plutôt déçue par cette expérience, Véronique Socié change de cap et revient vers un milieu qu’elle apprécie : la nature. Avec Christian Begin, son compagnon, elle s’oriente vers une double activité pastorale et touristique. Côté pastoral, la famille élève des chèvres et des ânes, et accueille des génisses en pension. Côté tourisme, Véronique défend une idée ludique de découverte de la nature et de plaisirs cachés qu’elle peut procurer. Elle se définit d’ailleurs comme «créatrice et accompagnatrice de moments».

Pour en arriver là, en quelques années, il aura fallu quelques cheminements. Celui qui a mené pendant deux ans vers l’innovante formation de gens de pays et celle qui a conduit toute la famille sur les pentes de Foncine-le-Haut à la suite d‘une rencontre avec un producteur de lait à Comté - Jean-Louis Jeunet – amoureux de son village et de ses communaux. Gilbert Blondeau, le maire, séduit par le projet, soutient et encourage cette installation.

Le reste est aussi limpide qu’une coulée en fruitière. C’est l’époque du démarrage des Routes du Comté. Véronique Socié s’y inscrit tout naturellement, en proposant notamment des « Balades Comté ». Elle voit aussi s’ouvrir les portes du Jury Terroir et, à l’heure du Comté de compter ses nombreux amis, elle adhère aux Amis du Comté pour en devenir une cheville paysanne. «On ne peut pas vivre ici sans parler du Comté. Le fromage ne produit que des effets magiques. Tout autant ceux de sa transformation que ceux des rencontres. On ne peut que saluer une initiative comme les Amis du Comté. Il est tout à fait remarquable qu’une filière s’ouvre à des passionnés qui n’en sont pas explicitement membre.» À Clermont-Ferrand, Marseille ou encore Reims, au gré des étapes des Amis du Comté, elle porte un message qui est entendu : «Le Comté est connu et reconnu. Nous aidons les visiteurs à apprécier le Comté différemment et nous les surprenons. La présence des producteurs à nos côtés reste indispensable ».

Vice-présidente de l’association qui gère la Maison de la réserve à Remoray, Véronique Socié ne refuse pas le débat, et le recherche même, sur les enjeux de l’agriculture contemporaine. Et s’y inscrit comme «médiatrice ». Ce rôle, elle va en tout cas l’endosser dans un nouveau costume : repérer les fromagers de demain. Il s’agit de proposer des animations dans les collèges aux classes de troisième pour vanter les mérites de ce beau métier et provoquer des vocations.

Véronique Socié est devenue une sociétaire du Comté. Elle songe, ou rêve, à un engagement plus concret. «Si un atelier coopératif fonctionnait à nouveau dans mon village, j’aimerais y prendre des parts, même si je n’élève pas de vaches. Simplement à titre symbolique.»