BIO : Fromagerie de Grange-de-Vaivre, bon et bio à la fois#(juillet 2010)

Fromagerie de Grange-de-Vaivre : bon et bio à la fois

(publié le 01 juillet 2010)

Le magasin propose un assortiment de produits du terroir issus de l'agriculture biologique : charcuterie, vin, farine, miel... et surtout ses propres produits bio : Comté, Morbier, tome...

Le Comté bio s'est développé au sein de l'AOP, en lien avec les affineurs. La fromagerie de Grange-de-Vaivre s'est lancée dans l'aventure il y a une douzaine d'années...

« C'est l'AOP Comté qui permet au Comté bio d'exister et non l'inverse ! » D'entrée, Bernard Roch veut que les choses soient claires.
Pour le président de la Fromagerie bio du Val de Loue à Grange-de-Vaivre, le Comté bio à toute sa place dans la filière à double titre : parce qu'il permet à des producteurs de valoriser les pratiques de l'agriculture biologique mises en place sur leur exploitation agricole et parce qu'il répond à une demande des consommateurs.

La réussite de cette fruitière, créée en 1998 par 6 producteurs, repose sur un véritable projet d'équipe partagé par le fromager. Ensemble, ils ont su diversifier les productions : Comté, Morbier, raclette, tome, fromages blancs, crème et beurre... Tout en bio bien sûr.

Dans cette même logique, la coopérative vient de s'équiper pour pouvoir fabriquer de l'Emmental bio. Cet investissement va permettre de valoriser tous les laits bio et d'accueillir des producteurs qui ne sont pas encore en Comté.  

10 sociétaires, 6 salariés

Bernard Roch : «Notre AOP appartient à bien du monde ! Je suis pour l'ouverture à de nouveaux jeunes producteurs s'ils sont de vrais acteurs de la coopération.»

« Si l'on veut développer le bio, il ne suffit pas d'en parler, il faut construire, il faut agir », pense Bernard Roch. C'est cette même volonté qui a guidé les sociétaires.

Au départ de la coopérative, ils ont reçu l'appui de la Fédération des Coopératives Laitières pour réaliser les études économiques et de leur affineur, la Fromagerie Marcel Petite à Pontarlier, qui leur a ouvert l'accès aux marchés du bio. L'affineur est également devenu actionnaire du magasin, ce qui a été déterminant dans l'aboutissement du projet. Aujourd'hui, la fromagerie de Grange de Vaivre reste un atelier de dimension modeste de 2,5 millions de litres de lait mais qui fait vivre 10 sociétaires répartis sur une dizaine de villages et emploie 6 salariés (5 équivalents temps pleins).

Ancrée dans la modernité

Idéalement située le long de la nationale 83 qui mène de Poligny à Besançon, la fromagerie et son magasin ne passent pas inaperçus. Construction moderne, tout en bois, elle est aussi la première coopérative à Comté à avoir installé une chaudière à granulés bois en 1998.

S'y arrêtent des touristes de passage, beaucoup d'Allemands, de Belges, des habitués... à la recherche de produits bio mais pas exclusivement ! Beaucoup viennent pour la qualité suivie du fromage et son goût. « Les consommateurs de bio sont des consommateurs comme les autres, ils veulent de la qualité ! », constate Bernard Roch.

> François Petite : « Une vision avant-gardiste ».- « Dans les années 60-70, les fromageries Marcel Petite ont eu à coeur de soutenir l'agriculture biologique, qui allait dans le sens de la défense des petites fruitières et de la préservation des valeurs du terroir, de sa flore. Car, à l'époque, le cahier des charges du Comté manquait de précision sur ces points. Cette vision assez avant-gardiste, portée par mon père, a été soutenue par l'interprofession du Comté qui a compris notre souci de respecter la production de Comté dans son ensemble. Aujourd'hui, le bio évolue et s'engage davantage dans une démarche économique, mais nous manquons encore cruellement de produits et de producteurs ! »

François Petite, ancien PDG des Fromageries Marcel Petite.

> Les fromages : première valorisation du lait bio.- En 2009, plus de 80 % du lait bio français était transformé en fromages et 84 % des fromages fabriqués étaient des pâtes pressées cuites. Le Comté, à lui seul représente plus de 50 % du tonnage de fromages. La fabrication en fromage AOP (Comté, Morbier, Bleu de Gex et Munster) reste majoritaire avec 58 % des tonnages. En lait à Comté, la situation évolue plus lentement car les conversions ont été peu nombreuses en raison du prix élevé du Comté conventionnel.
Source : Interbio-Fréquence Réseau N°29

Les fromages : première valorisation du lait bio.