Les éditoriaux d'Alain Mathieu

Hiver 2012 : Comté de Savoie ?

L’origine des produits devient un argument de vente, “Origine France”, “Label Bretagne” sont des annonces d’actualité censées rassurer le consommateur. Les AOP et IGP sont spontanément réticentes vis-à-vis de ce type d’annonces : l’origine sans l’exigence d’un cahier des charges leur constitue une concurrence peu loyale.

Abonné à l’Argus presse*, le CIGC reçoit souvent par erreur des coupures de presse citant le “Comté de Savoie” ou le “Comté de Nice”.
Assurément, une telle origine serait un plus pour ses ventes, mais ce serait évidemment au détriment de l’authenticité. Car le Comté ne pouvait naître que sur ces plateaux calcaires jurassiens, aux hivers rudes et enneigés, et aux prairies multicolores de nos étés continentaux. Avec ses valeurs fondatrices, la solidarité et l’adaptabilité de l’organisation collective, avec ses valeurs contemporaines, toujours la solidarité, le respect de l’environnement, l’organisation artisanale et le maillage du territoire qu’elle permet, le renoncement aux logiques intensives, le Comté est l’emblème de sa région.

Du reste les abonnements Argus média* permettent de mesurer, avec plus de 2000 articles ou émissions qui chaque année parlent de notre fromage, l’ampleur de la notoriété spontanée du Comté. En résulte une augmentation continue de ses ventes depuis 20 ans, également due à l’excellence et à la diversité de son goût, mais aussi au dynamisme des acteurs de la filière et au soutien de tous les Francs-Comtois et des habitants de l’Ain, aussi fiers de leur région que de leurs fromages. Ces hommes et ces femmes sont le soleil de notre terroir.

En retour, le Comté est leur ambassadeur quand il reçoit des groupes de journalistes de tous les pays et leur fait découvrir et apprécier les autres produits régionaux. Ambassadeur quand, dans des émissions de grande écoute comme “Envoyé spécial”, il fait partager l’amour de son terroir d’origine. Ambassadeur encore quand avec “les Routes du Comté”, il accueille plus de 200 000 touristes dans ses sites de production, caves d’affinage, fromageries, et élevages aux couleurs de la Montbéliarde.
Ambassadeur quand il sillonne les foires nationales et internationales pour faire découvrir les saveurs et du produit, et du terroir qui le nourrit. S’il sait que sa notoriété dépasse largement celle de la région dont il porte le nom, le Comté la considère comme un écrin et n’a de cesse de lui associer sa beauté, son histoire, sa culture du collectif.

Chacun son lot : le Comté n’est ni niçois ni savoyard, et ne bénéficie donc pas de la notoriété afférente. Mais il n’aurait pas cette saveur venue des siècles, issue du labeur accumulé des générations s’étant modelées aux dures conditions de ces plateaux calcaires. « Comté, Comté, Comté », le temps a façonné ce produit dont nous sommes collectivement si fiers.

*Alerte à chaque citation du Comté dans la presse et dans les médias.

Tous les éditoriaux