Les éditoriaux d'Alain Mathieu

Printemps 2018 : conserver une longueur d’avance

La société et les consommateurs sont en demande croissante d'une politique agricole commune favorisant une alimentation de qualité. Les indications géographiques semblent bien positionnées dans la future réforme de la PAC. La Commission européenne leur reconnait d'ailleurs une forte contribution sur les territoires en matière socio-économique et environnementale. Le Comté en est une parfaite illustration.

Mais ne nous trompons pas : le budget de la PAC va sans doute baisser et de nouvelles solidarités devront être inventées pour ceux qui souffrent le plus. Dans ce contexte, je crains bien sûr que les IG ne soient pas suffisamment défendues. C'est pourquoi il nous faut être inventifs pour consolider nos systèmes territoriaux et promouvoir nos valeurs.

Plusieurs éléments contribuent très fortement aux objectifs de l'Union européenne en matière de développement durable des territoires ruraux : la taille des entreprises pour en faciliter la transmission dans un modèle d'agriculture familiale, les mesures environnementales et le bien-être animal pour accroître la qualité globale de nos produits et répondre aux attentes sociétales, etc. Ces éléments sont aussi à l'agenda du futur cahier des charges du Comté et doivent pouvoir y être consolidés. Cela nécessite une nouvelle approche du rôle de nos cahiers des charges, ne coûte pas un centime à l'Union européenne et sera d'une efficacité redoutable. A défaut, les IG seront dépassées par les démarches marketing privées qui préemptent de plus en plus nos valeurs et qui nous feront bientôt passer pour des ringards.

Plutôt que de faire confiance à ceux qui garantissent ou exigent que cette future politique ne baisse pas d'un centime, j'invite tous les acteurs de nos filières a déjà bien gérer leurs entreprises et nos décideurs politiques et économiques à conforter les activités des IG avec tous les outils européens possibles.

De notre côté, nous sommes déterminés à démontrer combien l'introduction dans notre cahier des charges d'éléments de durabilité est source de croissance, dans l'intérêt de chacun au bénéfice de toute l'économie du massif jurassien.
Rejoignez-nous tous pour conforter cette belle idée !

Tous les éditoriaux