Les éditoriaux#de Claude Vermot-Desroches

Eté 2018 : une volonté affirmée

Un vrai temps fort cette assemblée générale du 29 juin ! L’ensemble de la filière a définitivement orienté le Comté vers l’excellence en votant des dispositions pour renforcer son cahier des charges. Tout comme nos prédécesseurs et s’affranchissant des derniers craintifs, les responsables du CIGC ont exprimé la volonté de placer le Comté sur l’orbite qualité, offrant ainsi à nos enfants un avenir pour l’agriculture et l’agroalimentaire de notre beau massif jurassien. La filière Comté, aujourd’hui connue par plus de 60 % des Français, se doit d’être à l’avant-garde sur tous les sujets.

Notre challenge : produire un fromage qui satisfait tous les consommateurs ; de celui qui souhaite un jeune fromage onctueux à celui qui aime déguster un très vieux fromage, de celui qui s’enquiert des conditions d’élevage à celui qui se préoccupe de la qualité de notre environnement, de celui qui souhaite que tous les acteurs soient compétents et justement reconnus et rémunérés à celui qui désire la conservation des savoir-faire et de l’artisanat.

Vaste programme ! Mais c’est celui que l’Assemblée générale a voté dans un grand élan avec passion et détermination. Notre société est régie par la loi de la libre concurrence qui explique apporter le meilleur prix à ses consommateurs et citoyens quitte à détruire la valeur de nos modes de production traditionnelle, de nos emplois agricoles, de nos paysages, etc.
Pour autant, pas une semaine ne se passe sans remise en cause dans les médias ou les études des systèmes de productions agricoles, de la qualité des produits, de la pérennité de notre environnement et qui souligne le très faible revenu des agriculteurs eux-mêmes.

Nous proposons un autre système qui permet de satisfaire tout le monde. Pour cela, il faut permettre d’instaurer de nouvelles règles dans la régulation des productions et la répartition des valeurs ajoutées. Il faut donc que les lignes bougent. Donnons réellement corps aux belles idées portées par les États Généraux de l’Alimentation en dotant les interprofessions des outils dont elles ont besoin pour consolider leurs filières. Plus fondamentalement, pour le Comté, il ne faut jamais relâcher la vigilance. Etre fiers d’être dans la filière Comté est une bonne chose, mais cultivons aussi l’humilité, car l’arrogance et l’endormissement sont les deux dangers qui nous guettent.

Au moment de quitter le CIGC, je tiens à vous dire toute ma fierté d’avoir travaillé avec vous tous pour que notre filière continue son oeuvre dans l’économie du massif du Jura. C’est avec une grande satisfaction que je vois Alain Mathieu prendre les commandes et je sais que l’ensemble de la nouvelle équipe est déjà sur le pont. Avec enthousiasme et détermination, la filière et son CIGC vont agir, j’en suis certain.

Vive le Comté.

Tous les éditoriaux