La limitation de la productivité individuelle par ha : une nouvelle mesure du cahier des charges du Comté pour 2015

Introduite depuis 2007, la demande de modification du cahier des charges du Comté, actuellement en cours d’instruction par la Commission Européenne, doit être publiée prochainement au Journal Officiel de l’Union Européenne.
Parmi les nouvelles mesures qui doivent être entérinées, le nouveau texte prévoit une limitation individuelle de la productivité laitière calculée à partir de références historiques, dans la volonté de préserver l’expression du terroir dans le fromage.

Le texte officiel précise ainsi : « Pour des raisons liées au maintien de la qualité et de la spécificité du Comté, la productivité laitière des surfaces consacrées à l’affouragement du troupeau laitier est plafonnée pour chaque exploitation au niveau qu’elle a atteint lors de la meilleure campagne de 2008/2009 à 2012/2013, augmentée de 10 %. Dans tous les cas, cette productivité ne pourra pas dépasser 4 600 litres de lait par an, par hectare de surface fourragère et potentiellement fourragère ».

Pour le Comité Interprofessionnel du Gruyère de Comté (CIGC), cette règle permet donc avant tout de limiter l’intensification de la production laitière sur des territoires fragiles du point de vue de l’environnement et de favoriser la qualité du Comté, deux piliers de l’image de marque de la Filière, et donc de son succès commercial.

Le CIGC travaille actuellement aux modalités pratiques d’application de cette mesure individuelle, qui rentrera en application pour la campagne 2015/2016 et fera l’objet de contrôles stricts.

Une communication technique sera faite sur ce point dans les prochaines semaines afin que chacun -agriculteur, responsable d’atelier, affineur- ainsi que tous les partenaires de la Filière, prenne  connaissance de ces nouvelles règles en toute transparence.

« À travers cette mesure, estime Claude Vermot-Desroches, Président du CIGC, il s’agit d’inscrire la filière dans une perspective de progrès et de développement. »

Actualité suivante

Bernadette Delange, gardienne d’un métier