Lecture : pages fromagères…

Les 101 Merveilles du Jura.- Thierry Petit, photographe, et Jean-Claude Barbeaux, auteur, collaborateurs des Nouvelles du Comté, publient plusieurs ouvrages. Ils cosignent Les 101 merveilles du Jura une présentation des sites remarquables du Jura mais aussi des sites symboliques de la vie du pays à commencer par les traditions fromagères. C’est ainsi que l’on retrouve parmi les 101 sites la fruitière du Fied, la fromagerie du Haut-Jura aux Moussières et les caves d’affinage Juraflore du fort des Rousses.
Les 101 Merveilles du Jura, Presse du belvédère, 210 pages, 19,50 euros.

Franche-Comté d’antan.- Jean-Claude Barbeaux signe le texte de Franche-Comté d’antan, un livre illustré par une collection de cartes postales pour présenter la vie de la Franche-Comté des années 1890 à août 1914. La vie fromagère y prend toute sa place à l’heure de la généralisation des chalets modèles, de la coulée et des constitutions des syndicats d’élevage qui seront décisifs pour l’extension d’une race montbéliarde encore balbutiante. La couverture montre d’ailleurs une fromagerie.
Franche-Comté d’antan, HC Editions, grand format, 136 pages, 28,50 euros.

Le Morbier, le Bleu de Gex, une histoire.- Les photos de Thierry Petit accompagnent l’ouvrage de Michel Vernus Le Morbier, le Bleu de Gex, une histoire (1). L’historien trace l’histoire complémentaire des deux fromages nés dans le Haut-Jura. « Le mot Morbier, raconte Michel Vernus, apparaît sous la plume du maire de La Mouille, commune de Morbier, en 1891 sous la forme de Bleu façon Septmoncel dit Morbier pour se différencier du Bleu du Haut-Jura. Le fromage existait bien avant mais sans le nom de morbier… »
(1) Lire le portrait de Michel Vernus dans les Nouvelles du Comté n° 58.
Le Morbier, le Bleu de Gex, une histoire, Presse du belvédère, 128 pages, 19,50 euros.

D’amour et de lait frais.- Le premier roman de Monique Cachod, enseignante à l’école de laiterie de Mamirolle, se déroule entre le marché de Noël de Besançon, les fromageries du Haut-Doubs et les rues de Pontarlier et Belfort.. Un cadre familier où Nathalie, l’héroïne, une quadragénaire mariée et mère de famille vit une relation amoureuse secrète. Ce roman a reçu le Prix Passio’Mots 2010 et son titre était tout trouvé : « D’amour et de lait frais », un clin d’oeil de l’auteur à son métier.

Actualité suivante

Bonnes étapes sur les Routes du Comté : bienvenue en Petite Montagne (Jura), autour de la Vallée du Suran