Palmarès du 1er Concours des Prairies Fleuries

Palmarès du 1er Concours des Prairies Fleuries.jpeg

Les 12 et 13 juin, le jury du concours des prairies fleuries a visité une vingtaine de parcelles sur le secteur du Parc naturel régional du Haut-Jura.

Sur ces prairies de fauche situées entre 500 et 1 100 m d’altitude, les intérêts du naturaliste et de l’agriculteur se rejoignent. « Si les paysages sont attrayants, c’est parce qu’il existe des agriculteurs capables de faire du lait avec de la sauge, de la pimprenelle, du salsifis des prés… », souligne Jean-Yves Vansteelant, chargé de mission agri-environnement pour le Parc naturel régional du Haut-Jura. De belles prairies fleuries où les experts relèvent jusqu’à 12 espèces différentes sur les 25 retenues comme typiques du Haut-Jura. Ce concours organisé par le PNR du Haut-Jura en collaboration avec le CIGC s’inscrit dans le cadre du cinquantenaire de l’AOC Comté.
Il valorise les pratiques des agriculteurs et permet de communiquer auprès du grand public sur le lien entre la préservation de la biodiversité et la qualité des produits comme le Comté et autres fromages AOC. Pierre-Emmanuel Belot, membre du jury et conseiller au Contrôle laitier du Jura, insiste sur la souplesse d’exploitation des prairies naturelles où se côtoient graminées et légumineuses de différentes espèces. « En cas de retard de fauche comme nous le connaissons depuis 2 ans, nous savons que ces prairies présentent une meilleure valeur alimentaire pour le troupeau laitier. L’important est de trouver un équilibre sur l’exploitation entre prairies naturelles et semées. » La variété floristique d’une prairie dépend pour beaucoup du volume et du type d’engrais épandu. Pour encourager des pratiques extensives, le Parc du Haut-Jura propose aux agriculteurs de s’engager dans une mesure agro-environnementale, sans contrainte de date de fauche ni de fertilisation mais avec une obligation de résultat : la présence d’au moins 4 espèces de plantes indicatrices du milieu dans les prairies concernées par cette mesure.
Les résultats de ce premier concours des prairies fleuries ont été présentés le 28 juin lors du comité syndical du Parc et le 17 juillet à l’occasion de la grande coulée à Champagnole.

Prix de la biodiversité : Hubert Lizon, Fruitière des Rousses
2ème : Anaël Michaud, Fruitière des Pontets
3ème : Philippe Canteux, Fruitière de Grande Rivière

– Prix de la valeur agronomique : Joël Gauthier, Fruitière de Lajoux
2ème : Philippe Canteux, Fruitière de Grande Rivière
3ème : Bruno Chevassus, Fruitière de Lajoux

– Prix de la prairie la plus mellifère : Bruno Chevassus, Fruitière de Lajoux
2ème : Philippe Canteux, Fruitière de Grande Rivière
3ème : Jean-Marc Lançon, Coopérative des Moussières

– Prix d’esthétique : Jean-Marc Lançon, Coopérative des Moussières
2ème : Guy Tinguely, Fruitière des Rousses
3ème : Joël Gauthier, Fruitière de Lajoux

Prix Spécial du Jury / Equilibre biodiversité-valeur agronomique-esthétiqueméllifére : Philippe Regad, Fruitière de Lajoux
2ème : Jean-Marc Lançon, Coopérative des Moussières
3ème : Guy Tinguely, Fruitière des Rousses

Actualité suivante

Alain Claude, fromager à la fruitère de Laviron-Surmont