Percée du Vin Jaune 2007 : Le Comté prend un bain de foule à Salins

Huit fromageries, un affineur et les Amis du Comté : le Comté n’avait jamais été aussi présent lors de cette grande fête vigneronne.

Le millésime 2007 de La Percée du Vin Jaune, organisée à Salins-les-Bains, a connu un succès éclatant. Une belle récompense pour les Ambassadeurs du Vin Jaune et les vignerons du Jura qui ont mis sur pied la première édition en 1997 à Poligny.
La présence du Comté durant cette Percée du Vin Jaune est à marquer d’une meule blanche. Les chiffres sont gourmands : plus de 3 000 kg de Comté écoulés en une journée et demie, ceci sans compter la vente des autres fromages régionaux. En ramenant ce chiffre à la fréquentation de la fête –soit quelque 50 000 personnes – cela représente un joli morceau de plus de 60 grammes par visiteur.
S’en tenir à ces seuls chiffres serait extrêmement réducteur. Il faut mettre en avant l’engagement, et la qualité de cet engagement, des nombreux acteurs de la filière présents à Salins-les-Bains. Depuis la création de la Percée, plusieurs entreprises de la filière participent à cette grande fête, citons notamment les fromageries Vagne de Poligny, les fruitières de Tourmont-Saint-Lothain et de Plasne. Ceci à leur plus grande satisfaction. À Salins-les-Bains, un palier a été franchi.
Les habituées déjà citées étaient là, mais aussi, pour la première fois, un regroupement de cinq fruitières, celles du canton de Salins-les-Bains, associées aux Amis du Comté ; la fromagerie Perdrix de Nans-sous-Sainte-Anne était également présente.
Loin de se faire concurrence, chacun y a trouvé sa place, le tout dans un bel enthousiasme (1). Pour la première fois, un groupement de coopératives a donc pris l’initiative d’une présence collective.
Président de la fruitière d’Ivory, Frédéric Lacroix explique cette démarche : « Lors du comice du canton de Salins-les-Bains, nous nous sommes dit que ce serait bien de faire quelque chose et de regrouper tout le monde. Nous en avons fait part aux organisateurs qui, je crois, ont été agréablement surpris par notre démarche. »
Ivory, Chilly-sur-Salins, Abergement-les-Thésy, Clucy (coopérative du Fort Belin) et Salins-les-Bains se sont donc mises au travail en associant les Amis du Comté. Au programme : mini-ferme, démonstrations diverses, fabrications à l’ancienne, vente des produits et un restaurant où seront servies pas moins de 1 900 fondues.
Plusieurs journées après l’événement, producteurs et Amis du Comté sont encore sur leur petit nuage (de lait). À n’en pas douter, cette expérience donne le moral. « Je crois, commente Frédéric Lacroix, que nous avons ressenti quelque chose d’unique le dimanche après-midi. La foule était là mais les producteurs aussi. Nous étions à ce moment-là plus de 90 producteurs à travailler ensemble. ça fait du bien et ça donne envie de continuer. »
Du côté des Amis du Comté, la satisfaction est également totale. « Il y a eu la chaleur de l’accueil des producteurs – qui ont offert le lait pour les fabrications – , un vrai travail en commun, des échanges, je crois que nous avons franchi une étape dans notre façon de travailler.
La convivialité a été exemplaire » , souligne Véronique Socié, animatrice des Amis du Comté. L’initiative des producteurs du canton de Salins peut donner des perspectives à tous les autres. En attendant, l’expérience 2007 trouvera probablement un prolongement lors de la Percée 2008, programmée dans les villages de Saint-Agnès et de Vincelles, près de Lons-le-Saunier, dans le sud Revermont, pas très loin de la Petite Montagne.
Ce qui s’est passé ce premier week-end de février à Salins-les-Bains ne peut que servir d’exemple, et pas seulement dans le cadre de la Percée du Vin Jaune.

(1) Outre les vins du Jura, la Percée du Vin Jaune est aussi une vitrine pour de nombreux produits régionaux. Les structures intéressées font directement acte de candidature auprès des organisateurs (Ambassadeurs du Vin Jaune, Château Pécauld à Arbois).

En morceaux, en fondue, en cubes…
À la Percée, le Comté se consomme sur place ou s’emporte. Il est proposé en fondue ou découpé en cubes et vendu en barquettes, ce qui convient bien avec la dégustation du Vin Jaune… et donne bien du travail. Olivier Monneret, de la fruitière de Plasne, raconte : « Nous avons vendu 17/18 meules dont une demi-douzaine découpées en cubes, sur place. Nous avions en permanence quatre personnes pour assurer cette découpe. » Même chose du côté des fromageries Vagne : « Nous avons passé plus de 1 500 barquettes, explique Jacques Daumard. Les gens apprécient et souvent reviennent pour acheter du Comté avant de partir. »
Décors
Les Percées passant, les fruitières s’équipent. « Nous soignons notre stand », dit-on du côté de Plasne. « Au début nous ne faisions que de la vente, raconte Hervé Fournier, président de la coopérative de Tourmont-Saint-Lothain. Nous avons choisi aussi la complémentarité avec des fabrications de Morbier. Les gens aiment vraiment ça. »
Retombées
La participation à ce type de manifestations donne aussi des résultats sur le long terme : les fichiers clients, et notamment hors région, des fruitières, s’allongent. À Plasne, on y apporte une attention particulière et on se félicite de retrouver tout au long de l’année des clients rencontrés à la Percée. Une fidélité de clientèle qui commence à apparaître sur le site même de la Percée : les clients des années précédentes ne repartent pas sans passer par le stand découvert les années précédentes.

Actualité suivante

Naissance de l’URFAC : l’Union Régionale des Fromages d’Appellation d’Origine Comtois