Plan de régulation de l’offre 2014/2015 du Comté : le CIGC fixe une modulation de +3,5% mais appelle à une grande vigilance sur la production en fin de campagne.

A mi-parcours de la campagne laitière 2014/2015, l’analyse de l’évolution des ventes de Comté et le besoin de reconstitution des stocks ont conduit le CIGC à fixer le taux de modulation des droits à produire « Comté » à +3,5 %.
L’enjeu majeur reste bien cependant la maîtrise des volumes en fin de campagne, compte-tenu de la production déjà réalisée.

Alors que la campagne laitière 2014/2015 (1er avril / 31 mars) en est à la moitié de sa période d’action, l’analyse concomitante de l’évolution des ventes de Comté depuis le début de la campagne (+1,7%) et du besoin de reconstitution des stocks de fromage de garde, a conduit le CIGC à fixer lors de son Bureau du 26 septembre dernier le taux de modulation des droits à produire « Comté » à +3,5%.

Cette décision est le fruit de la réflexion de la commission économique du CIGC dans un contexte d’évolution positive des marchés. Parallèlement, pour répondre à la demande des consommateurs, les affineurs doivent pouvoir compter sur des stocks adaptés aux besoins des marchés.

Ce taux de croissance de +3,5 % fixé par le CIGC est donc avant tout le fruit du dynamisme de la filière sur les marchés, tant nationaux que d’exportation.

« Maîtriser les volumes de fin de campagne »

Cependant, cette évolution positive ne doit pas pour autant faire oublier les conditions de production de Comté particulièrement favorables depuis le début de campagne laitière. Ainsi, depuis le 1er avril, la production enregistre une croissance de +10 % par rapport aux campagnes précédentes. Une telle avance doit donc inciter les responsables d’atelier à être vigilants sur leur objectif annuel de production.

« L’enjeu majeur de la fin de campagne est donc bien à la maîtrise des volumes », a déclaré Claude Vermot-Desroches, président du CIGC à l’issue du Bureau du 26 septembre dernier.

Pour les ateliers, il s’agira donc d’ajuster la production de fromage aux besoins de la filière et aux droits à produire qu’il leur reste d’ici la fin de campagne.

Et pour les producteurs, il s’agira donc également de s’adapter aux besoins des marchés et de travailler la qualité, tant de leur lait que celle de leur troupeau.

Actualité suivante

Venez dans les Montagnes du Jura, le Comté est offert jusqu’au 20 décembre !