Sur les Routes du Comté avec… Jason Lamy Chappuis

Sur les Routes du Comté avec... Jason Lamy Chappuis.jpeg

« Partager pour mieux savourer. » Après avoir atteint les sommets en solo, « Jez » s’épanouit désormais dans le collectif et dans le partage, des valeurs qui l’aident, comme dans la Filière Comté, à se dépasser pour optimiser ses performances individuelles.

Son premier podium de l’hiver à Ruka en Finlande, c’est par équipe qu’il l’a obtenu.Troisième du team sprint de l’ouverture de la Coupe du monde avec son pote François Braud, Jason Lamy Chappuis rayonnait. Monter sur la boîte, il en a l’habitude depuis près de dix ans mais c’est lorsqu’il peut partager ces instants précieux que « Jez » est le plus heureux.
« Le combiné nordique est un sport individuel mais sans l’équipe, on n’est pas grand-chose. Nos résultats d’aujourd’hui, on les doit aux liens noués ensemble depuis 2003 et notre médaille de bronze obtenue lors des Mondiaux juniors avec Seb, Maxime et François. Dans les moments difficiles, lorsqu’il y a une lassitude à l’entraînement ou que les résultats sont moins bons, le groupe m’a toujours remotivé », lâche le champion olympique 2010 également triple lauréat du général de la Coupe du monde, dont la générosité et le sens du partage ne font plus aucun doute.
« Dix ans plus tard, en 2013, lorsque nous avons été champions du monde par équipe, le titre a multiplié notre bonheur par quatre par rapport à celui remporté en individuel. Avec Vancouver, c’est mon plus grand moment sportif, tous les coaches avaient les larmes aux yeux et nous avions ensuite fêté autour d’une fondue improvisée dans la cabane de fartage, au milieu des skis », sourit le Jurassien de Bois d’Amont qui évoquait il y a un an l’envie de mettre un terme à sa carrière à l’issue de cet hiver. « Dans un coin de ma tête, je n’ai pas envie de rester sur cet échec de Sotchi. Si je sens qu’on peut aller chercher l’or à Pyong Chang dans trois ans, je pourrais continuer. »

Mais dis-nous, Jason, tu l’aimes comment ton Comté ?

Et toi Sébastien, tu l’aimes comment ton Comté ?

Et toi Maxime, tu l’aimes comment ton Comté ?

Enfin, toi, François, tu l’aimes comment ton Comté ?

Regards croisés : Laurence Gindre-Moyse.*
« Habitant à deux kilomètres de Lamoura, j’ai commencé le ski de fond dans mon enfance pour aller à l’école. Depuis ce sport m’a suivi, j’ai été en sport études au collège des Rousses, j’ai ensuite passé mon Brevet d’État et j’enseigne aujourd’hui à l’ESF de Lamoura. Je suis compétitrice dans l’âme, j’ai été en équipe régionale de nombreuses années et j’ai participé à une Coupe du monde à la Féclaz en 1988 avant de m’orienter vers les longues distances qui m’ont beaucoup plu. Le fait d’être agricultrice m’apporte une base physique solide même s’il faut jongler avec la vie familiale (Laurence a deux enfants) et l’ESF où j’enseigne une centaine d’heures l’hiver. J’ai un petit regret, c’est d’avoir terminé deux fois deuxième à la Transjurassienne, de ne pas l’avoir remportée, mais c’est toujours un plaisir d’être au départ du 76 kilomètres (transformé en 68 km cet hiver) à deux pas de chez moi. Je la prépare chaque fois et cette année encore, je me suis entraînée pour être en forme début février. (NDLR : elle s’est d’ailleurs classée 16ème !).”

*Monitrice de ski et productrice de lait à Comté à Septmoncel (Jura). N°2 mondiale des longues distances en 1995. Son portrait plus complet ici !

Actualité suivante

CIGC : un nouveau nom, des nouveaux statuts et un nouveau conseil d’administration pour débuter 2015