Sur les Routes du Comté avec… Martin Fourcade

Sur les Routes du Comté avec... Martin Fourcade.jpeg

« Un homme de détails. » Dans les réalisations individuelles ou collectives, Martin Fourcade (ici accompagné de son frère Simon à gauche, Anaïs Chevalier, Simon Desthieux et Alexis Boeuf à droite) est à l’image du Comté : le résultat d’un assemblage de détails fait de patience et de savoir-faire.

Double champion olympique l’hiver dernier, Martin Fourcade a construit sa carrière sur des détails. Des broutilles qui l’ont fait passer d’un sportif de haut niveau au champion qu’il est aujourd’hui en tutoyant l’excellence.
Il est le numéro un mondial depuis trois ans. Trois hivers que Martin Fourcade aligne les victoires pour devenir le leader incontesté de sa discipline. Souvent défini comme le biathlète le plus rapide à ski, il est aussi l’un des plus réguliers derrière la carabine.
Si le Pyrénéen du Vercors est né avec des prédispositions et des capacités physiques hors normes, lorsqu’il a choisi de faire une carrière dans son sport, il a mis tous les atouts de son côté. Travailler sur des détails pour gagner en performance et toucher l’excellence. « J’ai cherché à progresser dans tous les domaines, tirer plus vite, travailler sur le matériel (il collabore notamment avec Rossignol au développement de nouvelles chaussures, ndlr), tester de nouveaux moyens de préparation comme les chambres hypoxiques au printemps », explique le quintuple champion du monde.
Victime d’une mononucléose l’été dernier, il a été contraint de modifier son programme : « Je ne pouvais plus m’entraîner comme les étés précédents, j’ai dû me focaliser sur d’autres détails comme la diététique, la récupération, les étirements ».
Ce cadre strict qu’il s’est imposé l’a fait devenir l’athlète exceptionnel qu’il est aujourd’hui. Comme dans la fabrication du Comté, la performance de Martin Fourcade repose sur une addition de petits détails qui font la différence…

Mais dis-nous, Martin, tu l’aimes comment ton Comté ?

Et vous Quentin et Simon, vous l’aimez comment votre Comté ?

Et toi Siegfried, c’est quoi ton secret Comté ?

Enfin, toi, Jean-Paul, tu l’aimes comment ton Comté ?

Regards croisés : Matthieu Cassez.*
« Je suis originaire du Nord de la France où je faisais beaucoup de vélo. En arrivant dans le Doubs, parce que je souhaitais travailler dans cette région, je me suis mis au ski de fond. Comme dans mon travail d’audit et de conseil auprès des agriculteurs à qui j’essaye d’apporter des solutions pour qu’ils atteignent leurs objectifs, il y a ce bonheur d’être en pleine nature, dans un décor fantastique avec des paysages qui varient en quelques kilomètres. Il y a aussi cette même idée de limites, naturelles et humaines qu’il faut garder à l’esprit pour progresser. Les sportifs, paysans comme animaux ne sont pas des machines. Je skie depuis dix ans. Techniquement, j’ai encore des lacunes mais sur les longues distances, c’est moins gênant. Je cours aussi sur les nocturnes et d’une manière générale, l’esprit des courses populaires me plait et je trouve mon équilibre entre mon métier et le sport.”

* Ingénieur agronome, conseiller auprès des agriculteurs du Doubs et du territoire de Belfort.
Vainqueur de la Traversée du Massacre 2010 et coureur Élite de la Transjurassienne.

Actualité suivante

Agenda des réunions Filière du CIGC