Villers-sous-Chalamont :#l'attachement au village

Les sociétaires de la fruitière viennent de se donner les moyens de poursuivre l’activité. Un choix qui maintient l’activité au village, choix préféré à la fusion avec d’autres coopératives.

Une fois le coup de feu du matin passé, l’atelier de fabrication de Villers-sous-Chalamont retrouve son calme avec cette lumière particulière qui se réfléchit sur le cuivre et l’acier, le charme et l’atmosphère inimitables des fruitières de village. Jean-Claude Folliat, arrivé depuis quelques semaines, trouve ses marques et son épouse Sylvie s’occupe de redynamiser la petite boutique.  Les sociétaires ont beaucoup investi ces derniers mois, notamment dans la construction de caves de plain-pied, la mise aux normes, le système des pompes. Un investissement d’un total de 450 000 euros engagé après maintes réflexions.  Fallait-il continuer seul ou s’associer avec les fruitières des environs ? Les sociétaires de ce village de quelque 280 habitants se sont posé la question. Finalement, l’idée n’a pas fait son chemin, et la tradition villageoise a continué le sien...

Les caractéristiques des Comtés de Villers-sous-Chalamont

> Les Comtés de Villers-sous-Chalamont affinés par Arnaud/Juraflore

Les fromages prennent lentement du goût. La saveur dominante est acidulée ; les arômes lactés comme « lait cuit », « crème maturée », « chocolat blanc », les arômes de « citron », de « végétal cuit » laissent petit à petit la place à des arômes fruités « graines/noisette » et à des arômes chaleureux de « brioche » et de « miel ». Les notes caramélisées et de « café au lait » peuvent prendre de l’importance et mettre en avant les notes fruitées contribuant alors à une belle palette aromatique.

La pâte a du corps, elle est un peu souple, souvent onctueuse et fine. Elle accompagne bien l’appréciation des arômes de ces fromages.

> La flore

La flore des prairies de Villers-sous-Chalamont comporte pas moins de 117 espèces de plantes différentes. Parmi elles, 20 espèces constituent le fond floristique principal et participent à l’alimentation des troupeaux. Le brome mou, le trèfle violet, le pâturin commun, le trèfle rampant, la renoncule acre et le pissenlit, la houlque laineuse et le rumex oseille en sont les représentants les plus colorés. Ils égayent de leur présence les prairies de Villers qui, selon les saisons de floraison, se parent de jaune puis de rouge. Les autres espèces correspondent à un recouvrement de 16 % ; 9 espèces aromatiques apportent leur richesse aux herbages. Parmi elles, la remarquable flouve odorante.

> Le sol

Le bassin laitier de Villers-sous-Chalamont se situe sur le second plateau du massif du Jura. Il est assez centré autour de la fruitière. L’ensemble des terres exploitées correspond à 521 ha*. Les terres s’échelonnent entre 690 m, au lieu-dit "Petit Vernoy" et 780 m aux abords du lieu-dit "La Casine".

Près du tiers de la surface du bassin laitier est recouverte par des sols aérés superficiels sur Jurassique supérieur marneux (couleur jaune sur la carte), qui peuvent présenter localement une forte pente. Les autres types de sols aérés superficiels rencontrés (en orange sur la carte) sont les sols sur Jurassique moyen (environ 17 % de la surface agricole) et quelques sols sur alluvions au pourtour immédiat du village.

Les sols aérés profonds (couleur verte sur la carte) sont eux aussi bien représentés (23 % au total). Ce sont des sols sur Jurassique supérieur marneux qui recouvrent près de 120 ha, souvent en pente, sur le pourtour du Bioulet.

13 % de la surface agricole repose sur des sols anoxiques ou asphyxiants, de nuances rose et bleue sur la carte. Les sols aérés très superficiels, (couleur rouge sur la carte), sont en revanche anecdotiques.

* étude réalisée en 1999

> Le climat

La fruitière de Villers-sous-Chalamont est bien arrosée avec 1 637 mm d’eau par an soit l'une des plus fortes valeurs enregistrée à 700 m d'altitude.

La cause principale est le contexte géomorphologique et l’environnement forestier de la fruitière de Villers-sous-Chalamont. En effet, le faisceau salinois (ou secteur étroit et plissé), dont le relief s’élève brutalement à 900 m, contraste avec la topographie assez douce des plateaux qui l’encadrent.

Ce relief contribue à intercepter les nuées d’origine atlantique et engendre l’existence d’une zone favorable au développement des orages et à la circulation d’importantes masses d’air froid sur les zones tabulaires, situées de part et d’autre de ce faisceau. Par ailleurs, l’effet de ce relief est renforcé par la présence de la forêt de Levier.

 

Villers-sous-Chalamont en bref...

• 11 sociétaires à Villers-sous-Chalamont et Crouzet-Migette.

• Président : Michel Schneuwly.

• Fromagers : Jean-Claude et Sylvie Folliat.

• Affineur : Arnaud/Juraflore.

• 2 millions de litres de lait.

• Groupement d’employeurs avec Villeneuve d’Amont et Arc-sous-Montenot.

• Vente directe

• Ouverte au public

Contacts : 03 81 49 31 23