Vincent Gloriod,#une vie pour les coopératives

(publié le 21 décembre 2011)

Vincent Gloriod a été lié pendant plus de 30 ans à l'aventure des coopératives. Un destin mouvementé où l'homme a toujours voulu marcher droit.

Il est passionné de sport automobile, de vitesse et de belles cylindrées. Sans doute une soupape pour cet homme, par ailleurs calme et réfléchi, qui a consacré de nombreuses années à défendre ses coopératives. Vincent Gloriod évoque le temps où se fabriquait à Lasnans (dont il a été président de 1982 à 1987) de l'emmental grand cru. Dans les années 70, il a fallu “ramer à contre-courant” pour maintenir une coopérative dans le village, voire oser se lancer dans la production de Comté.

Dans cette région du nord du Doubs, pas très éloignée de la Haute-Saône, on comptait jusqu'à 7 industriels prêts à ramasser le lait des producteurs. Patiemment, avec pédagogie, l'homme a guidé ses sociétaires vers le choix de l'AOC. En rejoignant, en 1988, la fruitière de Passavant, qui fabriquait à l'époque de l'emmental thermisé, le pari n'était pas gagné d'avance ! « Nous voulions soutenir la coopérative locale, pour qu'elle puisse rester ».

En août 1994, sous l'impulsion de son nouveau président, Vincent Gloriod, la coopérative de Passavant repasse en Emmental grand cru, puis en 1998 en Comté. « Il fallait prendre son temps, faire le choix de l'avenir ». La décision a été votée à bulletins secrets par les 12 sociétaires, avec une légère majorité pour le Comté. « Ce n'est pas un vote de troupeau de moutons ! Chacun s'est exprimé et une fois la décision prise, c'est plus facile. » Trois producteurs ont souhaité rester en ensilage et ont quitté la coopérative. Depuis, 3 nouveaux ont rejoint l'aventure amenant la fruitière de Passavant à environ 4 millions de litres de lait transformés par an en Comté.

« Notre force »

Le président évoque aussi les remous causés par des problèmes sanitaires, la gestion du personnel... des difficultés qui ont été dépassées. « Il faut faire progresser la coopérative avec patience, garder une ouverture à de nouveaux producteurs, tout en faisant attention aux producteurs historiques. En 1987, nous avions toutes les peines du monde à faire comprendre l'importance de maîtriser son produit jusqu'au bout. Aujourd'hui, avec zéro emprunt à la coopérative et un lait qui “gagne bien sa vie”, les choses ont bien changé. Dans cette aventure, les producteurs de Passavant ont toujours été solidaires. C'est notre force ». 

Vincent Gloriod a remis la présidence de la coopérative le 10 janvier 2011 à son successeur Christophe Tournier.