Avoudrey : l'atelier de préemballage des affineurs francs-comtois réunis

Dans le Hauts-Doubs, la société des affineurs francs-comtois réunis emballe plus de 2 000 tonnes de Comté par an. Visite guidée d'une usine de 17 salariés, tout à la fois discrète et efficace.

 

Plus de la moitié du Comté est vendu découpé et préemballé aux consommateurs. Mais avant de se retrouver dans un caddie, la portion de Comté est passée entre les mains expertes des ateliers de préemballage. Celui d'Avoudrey, construit en 2001 sur la zone artisanale de la communauté de communes du pays de Pierrefontaine-Vercel, a une histoire particulière. « En 1999, des affineurs, dont la vocation de PME familiale est d'offrir des Comté de qualité, ont eu la volonté de créer un outil de préemballage dans la zone AOC.

 

Leur souci commun était de répondre à la demande des consommateurs en offrant tout type de conditionnement de Comté, de tous âges, mais en restant maître des conditions d'emballage et d'étiquetage pour conserver les qualités originelles de leurs produits », explique Lionel Petite, président de la société des affineurs francs-comtois réunis, qui gère l'atelier d'Avoudrey. Un investissement important La société des affineurs francs-comtois réunis compte actuellement 4 actionnaires : la société Terres d'Or, pré-emballeur en Saône-et-Loire, et 3 affineurs francs-comtois, les maisons Marcel Petite, Rivoire-Jacquemin et les fromageries Vagne.

 

Les affineurs Grillot et Seignemartin, présents au départ, ont depuis quitté la société, l'un suite à son rachat et l'autre pour développer d'autres stratégies de ventes. « Les actionnaires ont fait le pari du préemballé en sachant qu'il faudrait investir beaucoup et sur la durée. Il a fallu être patient », explique Lionel Petite.

Le frais emballé

 

De 3 tonnes par jour la première année, l'atelier est arrivé actuellement à un rythme de 10 tonnes de Comté emballé quotidiennement. Le site a évolué au fur et à mesure que les tonnages ont augmenté et pour répondre aux exigences des clients. D'abord, une chaîne de découpe à poids variable, puis une deuxième chaîne de découpe à poids fixe avec l'achat d'une machine à laser capable d'optimiser la découpe des meules de Comté. Enfin, deux types de conditionnement possible : le préemballé (DLUO* de 60 jours) et le frais emballé (DLUO de 20 à 30 jours). Les grossistes et la grande distribution réclament de plus en plus de frais emballé et apprécient aussi la praticité des portions à poids fixe, directement étiquetées avec le code-barres.

La société des affineurs francs-comtois réunis a également développé une petite activité de râpé : 5 à 6 tonnes de Comté râpé, conditionnées en sacs de 5 kg, partent chaque semaine d'Avoudrey et sont destinées essentiellement à la restauration.

*DLUO : date limite d'utilisation optimale. 

Sur la chaîne de frais emballé, un film rétractable chauffé permet d'obtenir un Comté presque sous vide. Le pré-emballé nécessite l'utilisation d'un film particulier "flow pack" et d'une atmosphère protectrice injectée dans l'emballage.
Avoudrey Pré-emballage

Morade Boumeb, responsable de site. « Chaque actionnaire garde ses clients, l'atelier n'intervient qu'en prestation de service ».
Analyse d'une meule avec laser. Les dimensions sont mesurées par deux caméras pour obtenir des portions d'un même poids, programmable à l'avance, et sans déchet.

La standardisation, notre ennemi commun

Les portions de Comté seront dans les linéaires le lendemain ou au plus tard le surlendemain.

« La standardisation du produit est notre ennemi commun », explique Lionel Petite, président des affineurs francs-comtois réunis. Nous voulons garder notre diversité, optimiser nos outils, pour nous permettre de répondre ensemble à des niches de marchés haut de gamme aussi bien auprès de la clientèle française qu'étrangère. »