Réduire la facture d'énergie#en fromagerie (octobre 2008)

(publié le 01 octobre 2008)

La Fédération régionale des coopératives laitières propose actuellement un diagnostic énergie-fluides en fromagerie.

Avec un prix du baril de pétrole à plus de 100 dollars, l’énergie devient un poste de dépenses de plus en plus lourd pour les entreprises, d'autant plus dans les fromageries où la consommation d’énergie représente environ 10 % du coût de production. 

La chasse au gaspi est ouverte, encore faut-il savoir où et comment agir ! 

À partir de la facture d'électricité, de gaz ou de fuel, il est facile d'évaluer la consommation globale en énergie d'une fromagerie. Mais la répartition par poste est rarement connue (process, chauffage, froid, éclairage).
Le diagnostic énergie fluides permet de vérifier poste par poste que les consommations n’excèdent pas les besoins réels de la fromagerie et qu'elles restent dans le domaine du raisonnable.

La prestation de diagnostic va jusqu'à définir les travaux ou autres modifications nécessaires pour réaliser des économies d'énergie.

Depuis quelques mois, la Fédération régionale des coopératives laitières propose aux fromageries de réaliser un diagnostic énergie-fluides à un coût mutualisé. 7 d'entre elles ont déjà saisi l'occasion. Les résultats de ces premières études montrent que la facture d'énergie peut se réduire de 19 à 50 % selon les fromageries, soit une économie de 6 000 à 28 600 e par an et par site. Une manière d'augmenter ses performances et de répondre à la croissance des préoccupations environnementales à l’échelle de la planète.

La participation au diagnostic énergie dans les fromagerie permettra également de mesurer l’empreinte écologique des fromageries, traduite sous la forme d’une étiquette énergie intégrant les consommations énergétiques, le transport, les consommations en eau et l’émission de gaz à effet de serre.

Un référentiel mis en place avec l'appui de l'Ajena et la Chambre d’Agriculture du Doubs qui permet de valoriser la contribution de la fromagerie à l'environnement.

Orgelet

Des améliorations à peu de frais

Et si la fromagerie fabriquait plus d'énergie qu’elle n'en consomme, à l'image de ces nouvelles maisons écologiques à énergie positive ? Nous n'en sommes pas encore là mais il est tout à fait possible d'apporter des améliorations simples pour réduire rapidement la consommation d'énergie. Les premiers diagnostics en fromagerie permettent d'en recenser quelques - unes qui représentent un investissement allant de 4 500 e à 30 000 e amortis en 1 à 5 ans. En gardant toujours à l'esprit que la première économie, c'est la maintenance des installations !

Bilan énergétique

Quelques exemples d'améliorations :

• Au niveau de la génératrice, on obtient + 0.5 % de rendement en plus avec la porte de la chaufferie fermée et le déplacement du compresseur d’air dans un autre local ventilé.
• Il est important de mettre en concurrence les distributeurs de combustible (fuel, gaz). Ex : une baisse de 50 e/t propane est équivalente 0.5 e/1 000 l lait.
• Au niveau électricité, sortir des tarifs réglementés EDF est plus délicat car le tarif de retour est 25 % plus cher que le tarif réglementé. Par contre, il convient parfois de revoir le contrat EDF : changement de tarif, de puissance souscrite, écrêtements de puissances en période hivernale.
• Les compteurs de consommation permettent la mise en place d’une petite gestion d’énergie avec à la clé au minimum 5 % d’économies.
• La récupération des calories du lactosérum issu de la fabrication à 48 °C permet d’économiser 25 % sur la facture énergétique globale. Par contre, le process de refroidissement du sérum induit une forte augmentation de la consommation électrique ainsi qu’en produits de nettoyage.
• L’efficacité des lavages peut souvent être améliorée par le contrôle des sondes de tri, l'optimisation des temps de lavage (différentes séquences). Inutile par ailleurs d’avoir une température d’eau chaude sanitaire supérieure à 60 °C (programmer à 80 °C pour les jours de fabrication de beurre).
• Il existe encore bien d'autres actions possibles pour réduire la facture d'énergie comme le mode de conduite du camion de ramassage, l’isolation du réseau de distribution vapeur, le contrôle des purgeurs, le calage des tranches horaires de fonctionnement d’une centrale eau glacée, le réglage des brûleurs – un problème récurrent, etc.

SCAF du Mont-Orgier : 1,7 litre d'eau pour 1 litre de lait

A Orgelet (Jura), la SCAF du Mont-Orgier n'avait pas de problèmes particuliers avec ses installations. Pourtant, le diagnostic énergie-fluides a relevé divers points à améliorer : « Les habitudes de travail sont fortes, reconnaît Claude Poncet, président de la coopérative. Nous voulions un regard extérieur pour voir s'il y a moyen de faire autrement. » Un expert est choisi parmi les 2 bureaux d'études validés par la FRCL. Après audit, les dysfonctionnements ont été identifiés.

Les bâtiments construits en 1994 sont correctement isolés mais sont vastes et contiennent des mètres de tuyaux, ce qui en fait une installation consommatrice en eau pour le lavage (70 % au-dessus de la normale). Le coût de la consommation en eau est de 4 e/1 000 l de lait malgré un tarif d'assainissement raisonnable (2,62 euros/m3). Pour améliorer ce critère ; il faudra agir sur le temps de rinçage et la récupération des eaux du dernier rinçage par une automatisation du système.

Toujours du côté des tuyaux, le réseau vapeur n'est pas isolé. Une déperdition que Jean-François Rubrecht, consultant du bureau d'étude, a estimé à 2 100 euros pour l'année 2007.

Autre amélioration possible : une installation de CIP (concentration du sérum et utilisation de la solution filtrée pour le lavage des installations), avec une régulation automatique, représenterait un investissement de 10 000 euros qui serait rentabilisé dès la première année. « Le coût des expertises et des travaux représente un investissement réaliste compte tenu de l’importance des économies à réaliser », estime Claude Poncet.

fromager et président à Orgelet

Infos pratiques

Valérie Vuitton

La prestation de diagnostic énergie-fluides en fromagerie a été négociée par la FRCL auprès de 2 bureaux d'études, TMI et IAALP, pour un prix forfaitaire de 1 350 € HT, déduction faite des aides financières publiques (35 % Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie de Franche-Comté et 35 % Conseil régional de Franche-Comté).

À l’issue du diagnostic, une étude de faisabilité peut être réalisée pour certains investissements comme le chauffage au bois (eau chaude ou vapeur), le solaire thermique ou photovoltaïque.
Le programme diagnostic énergie-fluides va se poursuivre en 2009.


> Contact :
FRCL Alpes-Jura-Cantal
Valérie VUITTON
19 rue de l’Égalité - 39800 POLIGNY
E-mail : frcl39alpesjuracantal(at)wanadoo.fr