Les éditoriaux d'Alain Mathieu

Automne 2013 : La Table du Comté

Du 2 au 6 octobre, le CIGC a organisé à Lyon une opération “La Table du Comté”. Dans le cadre d’un restaurant “éphémère”, chaque jour, des consommateurs, des groupes scolaires, des bloggeurs, des journalistes étaient invités à venir partager notre produit. Il y eut des menus préparés par des grands chefs, des plateaux de dégustation, des séances d’initiation sensorielle, des émissions de télévision ou de radio... Soutenue par une campagne médiatique, cette semaine a connu une bonne affluence, c’est donc un succès qui est à porter au crédit de l’équipe communication du CIGC.

Mais il y a plus, car plusieurs professionnels du Comté qui ont fait le déplacement, témoignent de la même et profonde satisfaction : celle de l’engouement dont le Comté bénéficie. Tous, les grands chefs de cuisine, les sommeliers, les critiques gastronomiques aiment notre produit, ils aiment parler de sa diversité, de sa palette d’arômes. Le Comté est un produit convivial, et festif, non seulement parce qu’il est délicieux, mais aussi parce qu’il est facteur de découverte. Sa multiplicité d’arômes autorise les innovations, les petits trucs, les mariages inédits. Pour ces amoureux du goût, le Comté est un ami. Il est aussi un ami quand l’on connaît sa filière, que l’on connaît tel ou tel affineur, ou telle ou telle fruitière. Il est donc aussi perçu comme un produit authentique, porté par des hommes et des femmes eux-mêmes authentiques.

De retour de cette manifestation, j’ai spontanément fait le lien avec le merveilleux témoignage de valeurs que fut la journée cinquantenaire du CIGC en juillet dernier, puis avec la séance de signature de la charte “sortie des quotas”, puis avec le succès de nos réunions de secteur l’hiver dernier. Et je me suis dit que tout cela formait une longue chaîne de cohérence. Le succès du Comté, c'est à la base l'authenticité des hommes et de leurs pratiques qui donne non seulement du goût à notre produit, mais aussi sa crédibilité. Elle est un capital précieux. C’est notre marketing le plus efficace.

Continuer à vouloir développer notre produit est légitime et réaliste, sous réserve que ces fondamentaux ne soient pas ignorés. La sortie des quotas représente de ce point de vue un danger, si elle n’est pas accompagnée du sens de cette responsabilité : le succès du Comté, je le dis avec force, ce sont nos amis restaurateurs, crémiers, grands chefs de cuisine, critiques gastronomiques qui l’assurent. De ce point de vue, seul un cahier des charges de plus en plus rigoureux, seules des pratiques de plus en plus respectueuses de notre terroir, sont à même d’assurer la poursuite du succès dont bénéficie le Comté.
Car il est important de rappeler que le succès actuel, c’est le fruit des précautions, des exigences et du sens des responsabilités des générations précédentes. Je compte sur la génération actuelle pour assurer un avenir aussi bénéfique aux jeunes d’aujourd’hui.

Tous les éditoriaux