Les éditoriaux d'Alain Mathieu

Été 2014 : responsabilité et ambition pour un avenir dynamique

Le Comté est devenu au fil des années le symbole de la réussite économique laitière du Massif Jurassien. Envié de tous, il n’en est pas moins aujourd’hui la cible de critiques. Avec une analyse optimiste, on peut se dire qu’il s’agit là de la rançon du succès dont il faut s’acquitter pour consolider sa notoriété toujours grandissante.

Dès lors, les responsables de la filière mesurent tous les jours le poids de leur responsabilité : il leur faut en permanence se projeter dans l’avenir et anticiper afin que le pilier de l’économie agricole et agroalimentaire qu’est le Comté continue son rôle moteur du développement local.
Alors que la suppression de l’encadrement de la production laitière, décidée par l’Union européenne, sera effective pour la prochaine campagne laitière, beaucoup s’interrogent sur les conséquences en matière de marché, de relations entre partenaires et de risques d’une croissance débridée sur l’environnement. Ces questions se posent avec d’autant plus d’acuité que la demande de Comté se développe.

L’enjeu est à la croissance maîtrisée et durable de la production, en apportant de la lisibilité sur les volumes produits. Cette nouvelle donne que représente "l’après quota", les AOP franc-comtoises l’ont anticipée depuis 2 ans à l’échelle des exploitations. Ainsi, des programmes d’accompagnement de la production ont vu le jour tant sur le plan des pratiques agricoles qu’en matière économique. Modlait, la charte "sortie des quotas" et l'observatoire de la production deviennent des outils économiques de prévision stratégique pour avoir de la lisibilité sur les volumes de production tant pour l’agriculteur que pour l’atelier. Le plan de régulation de l’offre permet quant à lui de gérer le développement du Comté de manière harmonieuse, sans faire planer le spectre d’une surproduction qui lui serait fatal.

Mais au-delà de tous ces considérants, le consommateur, le citoyen, l’amoureux, l’amateur de notre fleuron s’interroge sur l’évolution du Comté dans cet univers en plein tourment. Ceci est bien normal et doit nous encourager à poursuivre nos actions.
Nous avons engagé des travaux de recherche pour éclairer nos actions et nous déconnecter de la pression médiatique qui parfois influence maladroitement les responsables politiques. Nous devrons sans doute aller beaucoup plus loin dans la connaissance des milieux naturels et des pratiques des éleveurs tout en veillant à ce que les moyens de production et les pratiques agricoles soient en adéquation avec les valeurs du Comté. Le modernisme qui accompagne nos élevages est un atout dont nous sommes fiers mais les techniques doivent impérativement être porteuses des messages du Comté.

C’est dans cet esprit volontaire, confiant et déterminé que le Comté aborde cette fin des quotas laitiers !

Tous les éditoriaux