Les éditoriaux d'Alain Mathieu

Hiver 2016 : Une filière solidaire vous avez dit ?

Si le consommateur aime le goût du Comté, la Société cite souvent en exemple l’organisation solidaire de sa filière. Cependant, notre construction collective performante, qui s’est élaborée depuis des décennies, repose sur des équilibres internes qu’il nous faut consolider tous les jours.

Aujourd’hui dans notre filière, la tentation est grande de vouloir sortir de son métier de base, de s’intéresser à celui des autres, tant vers l’amont que vers l’aval. Si cette tentation est inspirée par une volonté d’ouverture et de découverte, cela est vertueux. Mais s’il s’agit d’aller capter de la valeur ajoutée des autres, c’est une autre affaire !

Par exemple, la vente directe des produits par les ateliers aux consommateurs locaux ou aux touristes venus découvrir notre beau massif jurassien est une démarche très positive. Elle est un vrai vecteur de communication qui renforce l’image du Comté et soutient son développement au bénéfice de tous.

En revanche, commencer à capter des parts de marché, le plus souvent à prix bradés, à des entreprises ayant investi pour démocratiser le Comté, le faire connaitre, l’exporter, est tout sauf de la création de valeur ajoutée ! Bien sûr, nous sommes dans une économie de marché où la concurrence doit s’exercer entre les acteurs. Encore faut-il que celle-ci soit loyale ! Sans quoi cette compétition en trompe l’oeil est le meilleur moyen pour encourager la médiocrité, le laminage des produits de qualité, et engendrer un appauvrissement collectif !

Notre histoire nous le démontre : notre avenir passe par l’amélioration de nos pratiques dans nos métiers respectifs, le sens de la juste répartition de la valeur ajoutée, la reconnaissance réciproque de tous les acteurs de la filière.

Confiant en chacun, je sais que le sens de l’intérêt général l’emportera sur quelques opportunités éphémères !

Tous les éditoriaux