Pauline Lanquetin, Maître-fromagère

p16 - Pauline Lanquetin ┬® Thierry Petit

A 28 ans, elle est la seule femme « maître-fromagère » de la zone d’appellation Comté. Cette fille d’agriculteurs de Froidefontaine a trouvé sa passion « en traversant la rue jusqu’à la fromagerie » !

Le teint laiteux, le regard doux, le grain de voix franc et affirmé, Pauline Lanquetin dirige son équipe de fromagers avec vivacité. La jeune femme a succédé à son mentor, Thierry Parent, en tant que fromagère de la coopérative de Froidefontaine il y a deux ans. Elle avait alors 26 ans, était fille d’agriculteurs du village et se souvient avoir ressenti une grande fierté et une sacrée pression devant cette responsabilité nouvelle.

« Être du village m’a aidée, mais j’avais aussi l’envie de ne pas décevoir les producteurs que je connais depuis toute petite »

Ce qu’elle sait sur le fromage, elle l’a appris de son prédécesseur, dont Pauline ne tarit pas d’éloges : « Il m’a prise sous son aile, m’a transmis sa passion et m’a tout appris. J’ai fait une année en tant qu’aide-fromagère, puis deux ans comme second à la coopérative. Quand il est parti pour d’autres aventures, Thierry m’a sentie capable de prendre la relève. Les agriculteurs, l’affineur Arnaud et moi-même lui avons fait confiance ! »

Droite dans ses bottes de fromagère

Depuis, la fromagère transforme 6 millions de litres de lait en un délicieux Comté. Avec son second, Benoît Carrez, ils forment un duo de choc. Ces
« Starsky et Hutch » du Comté ont appris à travailler avec Thierry Parent et ont des personnalités complémentaires. « Pour commander des hommes, il faut être sûre de ce qu’on dit et avoir du caractère. Mais c’est bon, j’ai ce qu’il
faut ! », lance Pauline dans un grand rire. Benoît, lui, « a plus de tact que moi », reconnaît la jeune femme. Droite dans ses bottes de fromagère, Pauline considère que « l’heure c’est l’heure » et que le travail, « si on le fait, on le fait bien ». Ses gars, elle préfère qu’ils demandent plutôt que de se tromper … mais ne laisse jamais la semaine se finir sans une rencontre conviviale.
Baignée dans le monde agricole depuis l’enfance, cette boule d’énergie voulait être agricultrice au départ et aime toujours passionnément les vaches, la traite, le contact avec les animaux … Avec son conjoint, ils vivent juste en face de ses beaux-parents, agriculteurs à Saizenay, au pied du Mont Poupet. Cet amour de la ferme et de la fromagerie, Pauline le transmet à son tour à Jéhanne, sa fille de 2 ans. Quand on lui demande ce que fait sa mère, la petite répond : « Maman
Comté ».

Le ventre rond d’un bébé à venir, Maman Comté a mis entre parenthèses sa passion de la fête et du football qu’elle jouait à Mignovillard, puis à Champagnole. Mais ce n’est que partie remise !

Actualité suivante

Le paysage nous en dit long…Noirefontaine (avril 2021)