Le paysage nous en dit long... (novembre 2015)

Lecture du paysage du terroir de la fruitière de Bonnétage

(publié le 30 novembre 2015)

Les sols fertiles assurent une excellente production fourragère. (Photo © CIGC/Petit)
Ferme traditionnelle avec un pont de grange.(Photo © CIGC/Petit)

Le terroir de Bonnétage est une région de forte densité agricole où la prairie naturelle est reine.

La fruitière de Bonnétage est située dans le Nord-Est du département du Doubs. Son terroir appartient à l’ensemble dit du second plateau du massif du Jura et pour être plus précis, au sous ensemble compris entre la reculée du Dessoubre et la vallée du Doubs, à proximité du Russey. Il s’agit d’un plateau aux altitudes élevées (comprises entre 850 et 980 mètres). Un léger modelé du relief s’observe. Il est causé par deux processus bien distincts. Premièrement, au Nord-Ouest, un faisceau (petite chaînon montagneux) organise le contact entre les premiers et les seconds plateaux du Jura et se termine par le puissant escarpement de la reculée du Dessoubre (500 mètres de dénivelé). Deuxièmement, l’érosion karstique est très active sur le plateau et elle a dégagé de nombreuses dépressions qui matérialisent l’emplacement de dolines. Les eaux de surface sont rares, les sols sont développés sur des calcaires durs. Cependant, quelques zones marneuses imperméables sont identifiées, et peuvent comporter quelques parties marécageuses qualifiées de « seigne » dans la toponymie locale.

Bonne fertilité des sols

La fruitière transforme environ 2,4 millions de litres de lait par année en fromages d’AOP Comté. Il s’agit d’un atelier de taille moyenne dont le bassin de collecte se limite à la commune de Bonnétage et à une partie de sa voisine, Saint-Julien-les-Russey. Au total, onze élevages assurent l’approvisionnement de la fromagerie. La surface agricole est en totalité occupée par des surfaces toujours en herbe, destinées à la pâture ou à la fauche pour produire des foins et des regains afin d’alimenter les troupeaux pendant les presque six mois d’hivernage. La densité d’exploitations agricoles est élevée sur ce secteur du Haut-Doubs. Ce fait est ancien et peut s’expliquer tout d’abord par la bonne fertilité des sols qui assure une excellente production fourragère, ensuite, par la présence d’une industrie en milieu rural (dans l’horlogerie notamment) qui par le passé a procuré des compléments de ressources aux familles d’éleveurs pendant l’hiver et enfin, par les revenus issus de la bonne valorisation du lait par la fruitière. La forte densité agricole génère une pression foncière stimulante qui conduit les agriculteurs à entretenir avec soin leurs parcelles. La fruitière possède une porcherie qui valorise le lactosérum issu de la transformation du lait en Comté. Ce faisant, elle participe à la fourniture de porcs de qualité pour la filière régionale des salaisons (saucisses IGP Morteau et Montbéliard) et les producteurs peuvent utiliser le lisier de la porcherie pour fertiliser les prés et réduire les achats d’engrais.

Une commune de 12 km de long !

Bonnétage est un village dont le développement est fort original puisqu’il se compose de quatre entités distinctes sans oublier la présence de nombreuses fermes situées à l'écart. La commune s’étire sur 12 kilomètres de la frontière Suisse (gorges du Doubs) jusqu’au rebord du Dessoubre ! La partie la plus ancienne est formée par le village dit « haut » où se localise l’église. A ses pieds se trouve le village dit « bas » qui s’est développé depuis la révolution industrielle notamment avec la présence d’ateliers travaillant pour le compte de l’industrie horlogère. Plus à l’Est, se trouve le « Grand Communal » qui constitue l’ensemble le plus dense et le plus peuplé de la commune. C’est en son sein qu’est implantée la fruitière. Le Grand Communal est situé sur la route principale qui conduit à Maîche. Le développement de l’habitat pavillonnaire y est important et s’explique par la demande en logements des « frontaliers » qui travaillent en Suisse. Plus à l’Est, se trouve le hameau des Cerneux-Monnots, plusieurs fermes d’écarts et une seconde fruitière à Comté.
L’habitat traditionnel du terroir de Bonnétage est composé de maisons dites « pastorales en pignon ». Il s’agit de constructions de grande dimension qui sont destinées à l’élevage bovin dans lesquelles sont logés le troupeau, les fourrages et la famille de l’éleveur. Les façades sont généralement orientées vers le Sud-Est pour ne pas s’exposer à la bise et la grange se trouve au-dessus de l'étable avec un accès via une levée de terre ou un pont de grange.

Les fermes contemporaines se dotent progressivement de stabulations plus adaptées aux techniques actuelles de traite et de stockage des fourrages. Un réel dynamisme agricole se dégage de la lecture du paysage de Bonnétage. Les attributs du système de production de l’AOP Comté sont clairement inscrits : bonne densité d’éleveurs, prairies entretenues, fermes familiales de taille moyenne, modernes et bien équipées.