Pays de Gex et Valserine : du Comté au bord du Léman...

Savoureux Circuit Bandeau

N° 8

Le Pays de Gex est sans nul doute un singulier territoire, réussissant l’alliance improbable des charmes de la riviera lémanique et des paysages à couper le souffle de la Haute-Chaîne du Jura.
Entre les deux, une fruitière à Comté qui voit (aussi) la vie en "Bleu"... et rose !

Téléchargez
la fiche synthétique du circuit

Le circuit en vidéo
Toutes les étapes du circuit

Étape 1.- La Sablière, une ferme à découvrir d'une traite

La route qui mène au Comté démarre toujours au beau milieu d’une ferme, car pour confectionner le précieux fromage, il faut du lait, beaucoup de lait (400 litres pour une meule). Or, qui dit lait dit Montbéliardes, et qui dit Montbéliardes dit ferme. Direction donc l’exploitation de Mickaël Poncet, côté Jura.

Perchée à 1000 m d’altitude, la ferme de la Sablière se situe à Désertin, lieu-dit de la commune des Bouchoux, au cœur du parc Naturel du Haut-Jura. Pour la trouver, il suffit de suivre les guides tachetées. Ce jour-là, l’arrivée se fait peu avant l’heure de la traite du soir. Les Montbéliardes quittent lentement leur pré pour regagner l’étable, presque d’elle-même, à plusieurs centaines de mètres de là. Elles ont profité, la journée durant, des 50 hectares d’herbe fraîche répartis sur Les Bouchoux et La Pesse. Leur migration paisible plante immédiatement le décor. Dans ce lieu authentique signalé par deux jolis panneaux de bois gravés, on vit au rythme des 35 vaches laitières. Le propriétaire, Mickaël Poncet, devance le troupeau et accueille les visiteurs avec un large sourire. 

Humour et entrain

Le jeune trentenaire a repris l’exploitation familiale en 2011 et la présente avec humour et entrain. Il explique avec passion que ses vaches produisent chaque année 200 000 litres de lait à Comté ramassés et transformés par la Fromagerie de Montbrillant, à l'Essard, près Saint-Claude. 25 000 litres supplémentaires sont utilisés pour la fabrication de yaourts. C’est Lucie, la compagne de Mickaël qui se charge de les confectionner. "Ils sont 100 % naturels, sans conservateurs et contiennent de vrais fruits", précise-t-elle. Proposés dans 14 parfums différents, les yaourts sont vendus chaque semaine sur les marchés de Saint-Claude, Morez et Thoiry. Une diversification réussie pour le jeune couple qui a racheté cette activité en mai 2015 à des agriculteurs installés à Cuttura, une commune voisine.

Bientôt un magasin de vente directe ?

Depuis la reprise de l’exploitation, Mickaël a aussi fait le choix de garder les anciens bâtiments d’élevage tout en les modernisant. En 2014, il a investi 100 000 euros dans la construction d’un nouvel édifice de 360 m2. "Cet hiver, lorsque nous nourrirons nos vaches dans ce bâtiment flambant neuf bien isolé, nos conditions de travail seront nettement améliorées", se réjouit Mickaël. Il faut dire que le jeune homme ne manque pas de projets. Désormais, il rêve d’implanter une petite échoppe où seraient vendus en direct différents produits de la ferme.

Après le doux moment de la traite, des vaches se prélassent une dernière fois sous l’agréable DAC (Distributeur Automatique de Caresses). Chacune vaque à ses occupations avant de retrouver pour la nuit un tendre lit d’herbacés...

Infos pratiques

Ferme de la Sablière
Désertin
39370 LES BOUCHOUX

Contact : Mickaël Poncet
06 06 85 48 93
mick-poncet(at)hotmail.fr

"J'aime bien parler de mon métier, précise Mickaël. Faire partager mes sensations, faire toucher, faire sentir... Les visites de l'exploitation sont gratuites, pas besoin de réserver, mais prévenez quand même un peu avant !"

Étape 2.- Nuit douillette (très) insolite...

Cette première expérience au plus proche de la nature jurassienne nous entraîne ensuite sur une jolie route menant aux portes de la Vallée de la Valserine. Pour arriver au camping des Géorennes depuis Les Bouchoux, il faut compter moins d’une demi-heure.

À l’entrée du village de Champfromier, une route escarpée conduit tout droit sur le site et une douce ambiance de vacances se fait déjà sentir. Le visiteur est accueilli par Mika, propriétaire du camping depuis 2014, qui le conduit vers le lieu insolite où il passera la nuit.

Il faut se retirer quelque peu des emplacements pour tentes et camping-car. Une petite passerelle en bois mène jusqu’à la terrasse où est posée une bulle semi-transparente. Immergée complètement dans la nature, entourée de conifères, la bulle semble flotter sur un îlot de verdure. Elle est gonflée par l’air extérieur soufflé en continu vers l’intérieur de manière silencieuse. On y entre via un sas, il faut donc passer une première porte puis une deuxième pour ne pas risquer de la dégonfler. À l’intérieur, la chambre est cosy et chaleureuse, baignée par une douce lumière feutrée. La nuit promet d’être belle.

Une douce nuit étoilée

Après un délicieux repas préparé par la compagne de Mika, Cindy (avec du Comté et du Bleu de la fromagerie de Chézery évidemment !), et livré dans un joli panier, déposé au pied d’un arbre à l’entrée de la terrasse, il n’y a plus qu’à profiter d’une bonne nuit de sommeil.

C’est justement une fois allongé sur le lit douillet, au moment d’éteindre les lumières, que la magie opère. Si le ciel est bien dégagé, le visiteur peut pleinement admirer la voûte céleste, à travers la bulle transparente. Quoi de plus féérique que de s’endormir en comptant les étoiles filantes ?

Quant au réveil, s’il est suffisamment matinal, il se fera tout en douceur face à un magnifique lever de soleil sur la vallée. Depuis la terrasse, vous pourrez aussi apercevoir les cinq lapins qui se promènent librement sur le camping.

Après un bon petit déjeuner déposé pratiquement au pied de la bulle, il est temps de quitter cet endroit étonnant, des étoiles encore plein les yeux.

Infos pratiques

Les Géorennes
287, Chemin des Géorennes
01410 CHAMPFROMIER

Contact : Mikaël Chavrier
07 81 17 23 15
lesgeorennes(at)gmail.com

Nous vous suggérons également trois autres étapes douillettes alentour :

Le Relais des Moines à Chézery, idéalement situé "rue de la Fromagerie"...

La Fruitière, au Poizat, comme son nom l'indique l'ancienne fromagerie du village désaffectée depuis 1963 et aujourd'hui aménagé en gîte de groupe.

Le Jiva Hill Resort, à Crozet, pour une expérience plus que luxueuse... mais avec toujours du Comté à la table du restaurant !

Étape 3.- À Chézery, là où le Comté naît...

En quittant notre nid douillet, nous prenons la direction de Chézery-Forens, un joli village de 400 habitants au pied des Monts-Jura où coule la Valserine. C’est dans ce cadre spectaculaire que siège la fromagerie de l’Abbaye. Elle y a toute sa place, dans cette région où une longue tradition fromagère perdure depuis le 13ème siècle.

Dans cette coopérative, le Bleu de Gex représente la majeure partie de la production (200 tonnes par an), celle du Comté est secondaire (50 tonnes par an). Depuis 20 ans, on y voit donc la vie en bleu… et rose. En effet, à l’atelier on note une forte présence féminine : sur cinq salariés, quatre sont des femmes. Ici, chaque année, elles transforment 2,5 millions de litres de lait, ramassés dans 10 exploitations différentes.
"Une meule de Bleu de Gex est beaucoup moins lourde que le Comté (8 kg contre 50 kg), c’est ce qui explique qu’elle est traditionnellement fabriquée par des femmes", commente Alain Monnet, président de la coopérative.

Alice au pays du Bleu de Gex

À la fabrication du Bleu de Gex ce matin-là, nous retrouvons Alice. Elle est à pied d’œuvre depuis 5h30. Devant nous, trois longues cuves contiennent chacune 2000 litres de lait. "Le lait est arrivé à 7 heures ce matin", précise-t-elle. D’abord, le lait est crémé, à ce stade les ferments lactiques sont ajoutés ainsi que le penicillium roqueforti, ce champignon qui va donner tout son bleu au Bleu. Puis le lait entre en phase de maturation après avoir été chauffé à 28 °C.

1h00 à 1h15 de maturation est nécessaire pour que le lait "caille". Ensuite, l’opération physique de décaillage peut commencer. Alice secondée par une apprentie et un autre fromager découpe la masse épaisse de lait à l’aide de deux tranche-cailles. Ces grands outils en inox pourvus de fils tranchants sont difficiles à manier. Fendant délicatement le futur fromage pour qu’il passe d’un état crémeux à granuleux, la fromagère ne peut s’empêcher d’y plonger sa main pour vérifier que la transformation est en marche. "À la différence du Comté où le caillé doit avoir la taille d’un grain riz, pour le Bleu il ne faut pas aller au-delà de la taille d’un petit pois."
Alternent ensuite temps de brassage manuel et temps de repos. La fromagère doit répéter ces mêmes gestes pour les deux autres cuves.

L'ultime secret du Bleu

Puis il faut évider les cuves pour récupérer le caillé dans des moules cylindriques tapis d’une toile de lin. Égoutté, le fromage prend tout doucement sa forme. Pendant 4 jours à température ambiante, le fromage est régulièrement retourné et salé ce qui permettra de lui donner une jolie croûte.

Au cinquième jour, le Bleu de Gex entre en cave à 11 °C. Il va s’endormir sur les planches d’épicéa pendant un minimum de 21 jours. Avant la très attendue dégustation, on nous livre un ultime secret : pour favoriser le développement des délicates veines bleues dans le fromage, il faut le piquer entre 7 et 9 jours après sa fabrication...

Infos pratiques

Fromagerie de l'Abbaye
Route de Confort
01410 CHEZERY-FORENS

Contact : Alain Monnet (Président)
04 50 56 91 67
fromagerie.abbaye(at)orange.fr

On ne peut sortir de ce bel établissement sans un passage par la très vaste boutique où vous trouverez forcément de quoi ravir vos papilles !

Étape 4.- Rencontre au sommet : le Crêt de la Neige, toit du Jura.

Après avoir dégusté les délicieux fromages de l’Abbaye, on a la force de gravir des sommets. Cela tombe bien, car de nombreux sentiers de randonnée partent de Chézery. C’est le Crêt de la Neige que nous choisissons pour l’heure, le plus haut sommet du massif du Jura. Il se dresse à 1720 mètres, il faut donc avoir pas moins de 6 heures devant soi pour y monter... puis revenir !

Avec 1137 mètres de dénivelé, la balade promet d’être sportive. L’ascension débute au bord de la Valserine, il faut suivre le panneau indiquant "La Rivière". Après avoir traversé le petit hameau La Rivière, on s’engage dans des prairies verdoyantes à flanc de montagne. L’approche est ludique, car il faut d’abord franchir un ruisseau via un pont népalais.

La balade se poursuit à travers bois, en suivant les balises jaunes et les panneaux direction Le Reculet.

En sortant des bois, nous voici au milieu des pâturages. Arrivé à hauteur du chalet de Thoiry Derrière, on peut apercevoir, sur la droite, le sommet du Reculet où une croix métallique se dresse fièrement. Cette fois, c’est le balisage rouge et blanc du GR qui nous guide.

Une incroyable vue sur le Lac Léman et le Mont-Blanc

Une fois arrivé en haut du Reculet, le panorama est déjà grandiose. Par temps clair on peut admirer la chaîne des Alpes qui se dessine au loin au milieu de laquelle se trouve le Mont-Blanc. Nous sommes à 1590 mètres de haut, il reste moins de 200 mètres de dénivelé à gravir.

En redescendant Le Reculet en direction du Nord, on longe les ruines d’un village de bergers, dernières traces d’une ancienne activité pastorale.

En remontant au sommet de la crête, on pénètre dans de magnifiques sous-bois de pins. Le sommet se trouve sur un piton rocheux, il surplombe le Pays de Gex et Genève. Une vue à 360° sur la vallée de la Valserine, le Lac Léman, et la chaîne des Alpes s’offre à nous. C’est grandiose.

Avant de redescendre sur Chézery, immortalisons l’instant en prenant quelques clichés, histoire de tout garder en mémoire le plus longtemps possible...

Infos pratiques

Cette randonnée est tirée des 10 suggestions proposée par l’Amicale des sentiers Chézerands. Ces différents parcours sont entretenus régulièrement et leurs fléchages sont en jaune et couvert par la Fédération Française de Randonnée Pédestre.Les randonnées à partir de Chézery-Forens (580 m) sont en liaision avec le GR Balcon du Léman, en direction de Lélex par le Gralet ou le Reculet et en direction de Bellegarde par Menthières ou le Gralet.Ils sont aussi en liaison avec le GR9 et les sentiers de Hautecombe par le Crêt de Chalam.

• Le topoguide de ces 10 randonnées, simple mais très pratique), est vendu au prix de 5 €.
Il est notamment en vente à la fromagerie de Chézery, puisque Catherine, vendeuse à la fromagerie, n'est autre que l'épouse de Michel, le Président de l'Amicale !

Étape 5.- Repos gourmand à l’Anversis

Après l’effort, un peu (beaucoup) de réconfort !
Pour rejoindre Lamoura depuis Chézery-Forens, il faut compter 40 minutes de route en direction du Col de la Faucille. Le parcours à travers la vallée est magnifique, jalonné de forêts d'épicéas.

Sur le chemin de la Combe du lac de Lamoura, au pied du Crêt Pela, le restaurant l’Anversis comble de bonheur les fins gastronomes amateurs de randonnée et de sports d’hiver. Il se trouve au pied des pistes de ski, presque adossé aux remontées mécaniques. Quand le visiteur passe le pas de la porte en bois de cet endroit, il est accueilli par l’Bernard de l’Anversis. Avec son épouse Sylvie, Bernard Robbe rend la cuisine franc-comtoise poétique.

"Nous sommes dans un pays de conteur, de raconteur, et c’est toujours avec beaucoup de plaisir que je vous raconte le menu. Qu’est-ce qu’on mange ce soir à l’Anversis ?", déclame-t-il avant de se lancer dans une longue tirade, décrivant sa carte, ardoise à l’appui.

La reine de sa cuisine est incontestablement la fondue. Ses 14 variantes sont toutes rigoureusement préparées à partir d’un seul et même fromage : le Comté ! Il provient de la fromagerie toute proche de Lajoux.

C’est bien simple, Bernard ne sert à table que des produits locaux. "Tous mes fournisseurs se trouvent dans un rayon de moins de 100 km", précise-t-il. Il connaît chacun d’eux et pourrait vous en parler pendant des heures (c'est d'ailleurs ce qu'il fait !).

Retrouver le goût des plantes et fleurs de montagne

Ce soir-là, à la carte, trois menus sont proposés. Nous optons pour la "croûte jurassienne, aux morilles, morilles, morilles et Comté", préparée à la façon "de ma grand-mère" ainsi que la "Poularde de Bresse", en deux cuissons avec morilles et Comté. Chaque menu commence par une mise en bouche délicate composée d’un feuilleté serpolet avec sa crème aux plantes (Armoise et Gaillet). Ensuite vient le "Gaspacho aux orties, ail des ours et épinard sauvage", une explosion de saveurs en bouche. "Les plantes, herbes et fleurs de montagne c’est une passion récente, qui date d’il y a 6 ans, la cueillette se fait régulièrement autour du restaurant, c’est mon épouse qui s’y adonne."

Et ce festival de plantes se poursuit jusqu’au dessert avec l’incontournable "crème brûlée à la reine des prés". Le choix des vins est à la hauteur des plats, fabuleux. Parmi la belle sélection de vins du Jura on appréciera le superbe Château-Chalon 2006 de chez Chevassu-Fassenet, ou encore un Chardonnay 2009 du domaine Pignier, dont le vignoble est travaillé en biodynamie.

Il ne faut pas quitter ce joli lieu où l’on prend le temps d’apprécier les bons produits sans jeter un œil à l’impressionnante carte des absinthes servies à la fontaine, celle des cafés et celle des thés. Sans oublier les innombrables infusions de plantes aux noms évocateurs : "Dis tonton, pourquoi tu tousses", pour "Partir du bon pied"... Tout un poème on vous dit !

Infos pratiques

L'Anversis, table de Montagne
239 chemin de l'Anversis - La Combe du Lac
39310 LAMOURA

Contact : Sylvie et Bernard Robbe
03 84 41 20 91
bienvenue(at)lanversis.com

• Retrouvez la recette de l'Omble chevalier au Comté et à la truffe créée spécialement par Bernard et Sylvie Robbe pour le Comté en cliquant ici !

• Retrouvez aussi ici la recette des Nems de boeuf et julienne de Comté créée spécialement pour le Comté par Bruno Pucheu chef du Rectiligne, à Divonne-les-Bains.

• Enfin, le Filet de volaille farci au Comté sauce Savagnin créé spécialement pour le Comté par l'Hôtel de la Mainaz, au col de la Faucille, se trouve ici !

Echappées gessiennes et lémaniques...

Impossible de traverser le pays de Gex et la Vallée de la Valserine sans passer à côté de...

La Station Monts-Jura.- Ski alpin ou randonnée, snowtubing ou VTT, ski de fond ou parapente, Monts-Jura est une grande station de moyenne montagne. A vingt minutes de Genève et au cœur du Parc Naturel Régional du Haut-Jura, voilà un concentré de loisirs en vert et blanc au pied du Crêt de la Neige (1720 m). Depuis Monts Jura, on s’offre un formidable belvédère sur le Pays de Gex, le lac Léman et la chaine des Alpes franco-italo-suisse. Et face à la station, rien de moins que le Mont Blanc ! Du grand ski… en douceur.
En version grand blanc et hiver justement, la station Monts-Jura est le point de conjonction de quatre domaines skiables : trois de ski alpin, Lelex-Crozet, Mijoux-La Faucille et Menthières et le domaine nordique de La Vattay-La Valserine. Des domaines qui s’étirent sur le massif, entre 900 et 1680 mètres. On accède à la station par la télécabine de Crozet ou par la route, vers les pistes du col de la Faucille ou de Menthières. Au total, 29 remontées mécaniques desservent les pistes de ski alpin. Une station qui a tout d’une grande… la cohue en moins, la douceur en plus. Idéale pour les familles et les amateurs de ski cool.
En été, à pied, en vélo ou VTT, de sous-bois en hameaux, mille sentiers de randonnée explorent les doux reliefs du massif. Avis aux amateur de pêche ! Les eaux vives de la Valserine qui courent ici, abritent quelques belles truites fario. On passe à la vitesse supérieure avec la luge 4 saisons. Inédit dans les Montagnes du Jura : 1160 mètres de rails et une vrille vertigineuse de 540°, c’est une piste sensation-nelle ! La plus longue d’Europe dont certaines pentes atteignent 37%.

• Le Lac Genin.- situé à 830 m d’altitude, il se dévoile au dernier moment mais bénéficie pourtant d’une notoriété déjà très ancienne. Classé site naturel dès 1935, le lac Genin intrigue. Caché au cœur d’une clairière bordée de sapins, d’épicéas et de hêtres, il prend des allures de paysage canadien au fil des saisons. C’est à peine si la quiétude des lieux, et la sérénité qui s’en dégage, est troublée par les activités qui s’y pratiquent. A commencer par la baignade et les longues siestes d’été sur la pelouse grasse, les parties silencieuses de pêche (brochets, carpes, truites…), le patinage en hiver ou encore la plongée sous glace.
Point de départ de nombreux itinéraires de randonnée pédestre ou à VTT,  le lac Genin est aussi connu comme étape fraîcheur où l’on prend son temps à la terrasse de l’auberge accueillante sise sur ses rives depuis des génération...

• Le bassin genevois et ses thermes.- A Divonne, l’eau puisée à 124 mètres de profondeur après un parcours de 10 longues années, offre le meilleur équilibre minéral (calcium, magnésium, fluor) pour palier ces angoisses de la vie moderne. Ce n’est pourtant pas nouveau, car dès l’époque romaine, Divonne-les-Bains était déjà fréquentée pour la qualité de son eau… Bien sûr, les propositions de séjours de remise en forme, de cures thermales, de soins aux huiles essentielles ne manquent pas. Mais à l’instar des grandes étapes thermales, Divonne propose bien d’autres centres d’intérêt qui ont fait la réputation de la cité : Casino, festival, spectacles, concerts, expositions, loisirs aquatiques au bord du lac, courses hippiques, cinéma, théâtre…les idées de loisirs ne manquent pas à Divonne-les-Bains ! Aux alentours, les randonnées vous emmèneront jusqu’aux plus hauts sommets des Montagnes du Jura près du Col de la faucille. Pour les plus romantiques, une pause gourmande au Château de Divonne reste un moment inoubliable.
Impossible de ne pas parler de Genève lorsqu’on se trouve dans le Pays de Gex : c’est la grande ville toute proche (nous sommes à la frontière suisse !). Vous avez peut-être même atterri à son aéroport pour vous rendre sur notre territoire. Ville cosmopolite, Genève est le lieu d’accueil de grands organismes internationaux comme l’ONU, le Palais des Nations, symbole de Genève capitale de la paix, l’OMC (Organisation mondiale du commerce), l’OMS (Organisation mondiale de la santé)… C’est aussi : le jet d’eau, emblème de la ville, la Vieille-ville, les parcs, la promenade autour du lac, les musées... et aussi le plus grand canton producteur de vin en Suisse ! On ne peut que vous conseiller de sortir un peu de Genève pour sillonner les vignes de la commune de Satigny : le chemin vous reconduira tout droit à la frontière à Challex, joli village viticole lui aussi !

• Voltaire.- 1758 : Voltaire alors âgé de 65 ans et pressé par les puissants du royaume, vient chercher refuge près de la frontière franco-genevoise, au cœur du Pays de Gex… Il acquiert alors la seigneurie de Ferney où il concrétisa ses idées humanistes. A la fois urbaniste, entrepreneur et mécène, Voltaire transforme alors le petit bourg de Ferney en cité moderne et culturelle. Auto-proclamé « aubergiste de l’Europe », il accueillit, pendant une vingtaine d’année, l’élite intellectuelle de l’époque.
1999 : L’Etat acquiert le château de Ferney où Voltaire a tant écrit pour la défense des droits de l’homme. Classé monument historique national, le château ouvert au public a bénéficié récemment du label « Maisons des illustres » décerné aux Maisons ou domaines qui garantissent un programme culturel d’excellence, adapté à tous les publics. Ce lieu de mémoire est également un centre culturel de rencontres dédié aux droits de l’homme.

Fort L’écluse.- Dans les temps anciens, pour les commerçants ou les voyageurs venant de Suisse ou d’Allemagne, la seule route ouverte vers le Sud de la France passait par le défilé de l’Ecluse, une porte naturelle percée par le Rhône… et qui reliait le bassin lémanique aux plaines de Lyon. Ce lieu stratégique très convoité devient inévitablement le théâtre de luttes intestines. Une maison forte fut construite, dès le XVIIIème siècle, au plus étroit du passage par les barons du pays de Gex, pour prélever un péage sur les échanges commerciaux.
Progressivement, la maison forte devient forteresse sans être vraiment inquiétée par les grands conflits… L’ensemble prend l’allure d’un ouvrage fortifié creusé en à-pic dans la falaise surplombant le Rhône. Au XIXe siècle, le fort est totalement reconstruit et impressionne par ses souterrains, casemates et embrasures d’artillerie. Un escalier intérieur de 1165 marches permet de relier les 2 parties fortifiées.
Utilisé jusqu’à la fin de la dernière guerre mondiale et désaffecté par l’armée en 1956, Fort l’Ecluse devient un site touristique ouvert au public à partir de 1995. Depuis 1998, il propose chaque été : visites, animations et expositions temporaires. Tout autour, de nombreux sentiers balisés permettent de profiter du panorama sur la vallée du Rhône. Les plus sportifs pourront parcourir la via ferrata sur les ressauts rocheux reliant les deux forts (niveau assez difficile).

• Le CERN.- L'organisation européenne pour la recherche nucléaire (nom officiel), aussi appelé laboratoire européen pour la physique des particules, plus connue sous l'acronyme CERN, est le plus grand centre de physique des particules du monde.
Le service des visites du CERN organise des visites gratuites de sites d’expériences et d'infrastructures. Ces visites sont proposées en plusieurs langues, du lundi au samedi, à 9h00 ou à 14h00. La réservation est obligatoire.
Attention : le niveau des visites n'est pas adapté aux enfants de moins de 10 ans.
Une visite dure environ une demi-journée. Elle commence par une introduction sur le CERN présentée par un des guides, suivie de la projection d'un film et de la visite d'une des expériences et/ou d'un accélérateur en surface. Le choix de l'itinéraire est fixé par le Service des visites en fonction de la disponibilité des zones, le jour de votre visite. Les visites du CERN sont gratuites et ouvertes à tous.