Randonnée : les gorges du Doubs

Savoureux Circuit Bandeau

N° 21

Il faut crapahuter pour suivre le cours du Doubs ! La rivière serpente dans la vallée sur près de 35 kilomètres entre Villers-le-Lac et le canton du Jura en Suisse. Creusant dans son sillon la frontière franco-suisse, au fil du temps, le Doubs a formé d’impressionnantes gorges.
Partons sur les sentiers, à la découverte de ces curiosités de la nature et de tous leurs bienfaits car les Gorges du Doubs renferment aussi le savoureux Comté ! Un enchantement pour les randonneurs gourmands...

Téléchargez
la fiche synthétique du circuit

Le circuit en vidéo
Toutes les étapes du circuit

Étape 1.- Une nuit au calme pour commencer doucement

Dominant la vallée du Doubs, situé au milieu des verts pâturages, le Bois de la Biche est un joli havre de paix. Cette ancienne ferme comtoise rénovée est un lieu authentique et paisible. D’extérieur cette grande maison fleurie porte sur sa face la plus exposée des bardeaux de bois typiques des corps de ferme du Haut Doubs rappelant sa fonction d’antan. Le bois est un élément omniprésent à l’intérieur des salles de restaurant comme des chambres.

Côté restaurant, les nombreuses ouvertures vitrées offrent une vue panoramique sur la vallée du Doubs et ses forêts de sapins s’étendant à perte de vue. Par une douce soirée estivale, il est chaudement recommandé de profiter des tables en terrasse. Au menu, des produits régionaux sont mis en valeur dans des plats gourmands.

Que ce soit avec le feuilleté au champignon des bois, morilles, la truite « Arc en Ciel » en filets rôtis au citron vert et sauge, le suprême de poulet fermier jaune ou le pavé de bœuf flanqué de morilles parfumées au vin jaune, on retrouve toutes les saveurs de la Franche-Comté. Le Comté n’est pas écarté, il est en bonne place au détour du plateau de fromages.

Certains légumes viennent du potager de l’établissement. D’ailleurs, il n’est pas rare d’apercevoir le propriétaire, Thierry Marcelpoix, cultiver son jardin. « Salades, plantes aromatiques, quelques légumes, mon potager me permet d’ajouter des produits cultivés en ces terres dans mes plats » explique-t-il.

Côté hôtel, le confort est au rendez-vous. Entouré par la nature, on ne peut que passer une nuit paisible dans l’une des trois chambres de cet établissement.

Après un repos au calme, cap sur les Gorges du Doubs. Le parcours de la Grande Traversée du Jura passe justement au bord de l’hôtel-restaurant.

Infos pratiques

Au bois de la Biche
Route de la Cendrée
25140 CHARQUEMONT

Étape 2.- Randonnée au fil de l'eau...

Une fois le délicieux petit déjeuner avec brioche et confitures maison du Bois de la Biche dégusté, en route pour une première journée de randonnée.

Le circuit débute sur le haut plateau, juste derrière l’hôtel restaurant. Avant de s’enfoncer dans les bois de sapins, il faut traverser les pâtures où un troupeau de Montbéliardes est en train de se régaler.

En suivant le balisage jaune bleu, après 2,5 kilomètres de descente douce dans la forêt, on rejoint les Échelles de la mort. La vallée qui s’ouvre alors devant vos yeux est un impressionnant canyon naturel.

Les Échelles de la mort : sur la route des contrebandiers

Plusieurs escaliers métalliques accessibles sans difficulté se succèdent et conduisent au bord du Doubs, au cœur de la vallée. Ce chemin suit le GR5 et au temps des contrebandiers, il était très emprunté. À l’origine de simples troncs traversés de bouts de bois faisaient office d’échelles.

Pour éviter ce passage et raccourcir la randonnée de quelques kilomètres, vous pouvez emprunter le sentier balisé en jaune et bleu jusqu’à la Grotte des Moines. Puis continuez à descendre jusqu’au barrage du Refrain.

En bas des échelles de la mort, une aire de pique-nique, une chapelle reconvertie en salle d’accueil ainsi qu’un abri sont à la disposition des randonneurs.

Au bout du parking, nous prenons le chemin goudronné le long du Doubs.

Au fil du "Doubs Refrain"

Tout en suivant le cours du Doubs qui serpente, sans jamais s’en éloigner, nous empruntons une alternance de sentiers en sous-bois et de chemins blancs. Une dernière échelle est à gravir avant d’atteindre le barrage du Refrain. Ce barrage crée le lac de Biaufond.

En passant devant l’hôtel de la Rasse, si vous traversez le Doubs vous vous retrouverez en Suisse ! Mais le circuit se poursuit côté français sur le sentier Bonaparte qui monte à travers les bois. Nos plus gros efforts se concentrent sur cette partie du circuit où il faut gravir près de 400 mètres de dénivelés positifs sur une courte distance avant de rejoindre la commune de Grand Combe-des-Bois.

Les derniers kilomètres se font sur la départementale et au milieu de quelques pâtures. Et si votre allure est assez bonne vous arriverez à la Ferme des Louisots pile à l’heure de la traite...

Étape 3.- Douce halte à la Ferme des Louisots

Cette belle première journée de marche, au cœur de la Vallée du Doubs, nous emmène jusqu’à la Ferme Château des Louisots. Cette ferme typique du Haut-Doubs est posée à 1000 mètres d’altitude au milieu des pâturages, dans un écrin de verdure.
Jean-Louis Charbonel nous accueille chaleureusement. Installé depuis une quinzaine d’années, il élève une trentaine de vaches de race Simmental. Sa passion pour les laitières lui vient de ses parents, anciens agriculteurs eux aussi. Après une première vie professionnelle en cuisine, il se lance finalement dans l’agriculture. « J’avais envie de retrouver mes racines, l’amour des animaux et des vaches en particulier ne m’a jamais vraiment quitté » confie-t-il.

Il est 17 heures, c’est le moment de la traite. L’étable jouxte l’habitation. Dans la salle d’accueil, des vitres permettent aux visiteurs curieux de contempler ce moment sans perturber les vaches.
Sociétaire de la coopérative de Cerneux-Monnot, Jean-Louis Charbonel produit du lait biologique. Il servira à fabriquer du savoureux comté qui sera affiné chez Marcel Petite.
Après un petit tour dans le magnifique jardin de plantes vivaces où 250 variétés sont recensées, direction la salle de restaurant.

Dans un décor authentique, nous nous attablons face à une ancienne cuisinière. Au menu : tartine de courgettes du jardin au Comté, émincé de bœuf aux roses des prés et galette de pomme de terre. Pour finir, l’incontournable plateau de fromages avec Morbier et Comté puis un rafraichissant tiramisu aux griottes.

Après ce délicieux repas, direction l’une des deux chambres d’hôte. Le bois, élément naturel de la région habille la pièce sous sa forme la plus pure. Il donne chaleur et confort à la pièce. La nuit promet d’être douce.
« Cette Ferme Château a été construite probablement vers le XVIe siècle » nous explique le producteur et maître des lieux. L’histoire de ses premiers occupants, la famille Bouhélier et l’origine du nom de la ferme « Les Louisots » est étonnante. Jean-Louis Charbonel sera heureux de vous la raconter.
Avant de partir, Jean-Louis nous emmène dans la pièce maîtresse de la ferme. Dans une salle ornée de magnifiques voûtes et alcôves en pierre, nous découvrons un impressionnant tuyé en pierre. « Cette tour carrée est exceptionnelle, car il est rare d’en trouver dans les fermes du Haut-Doubs » nous précise-t-il avec enthousiasme.

En 2016, il a ouvert trois chambres supplémentaires. L’une d’elles possède une suite familiale, de quoi vous accueillir en nombre pour un week-end hors du temps aux sources du Comté.

Infos pratiques

Ferme des Louisots
25140 Fournet-Blancheroche

Étape 4.- Randonnée avec vue imprenable...

Réveil en douceur à la Ferme des Louisots. La fenêtre de la chambre ouvre largement sur des champs qui s’étendent à perte de vue. Après un délicieux petit déjeuner à base de gâteau de semoule, tartines de confiture faite maison et Comté, nous reprenons les chemins de randonnée.

Direction le centre du village de Fournet Blancheroche par la seule route qui conduit aux Louisots. Nous traversons le Bois Buliard sans quitter la route goudronnée.

Arrivé à hauteur de l’église de Fournet Blancheroche, il faut traverser la route pour rejoindre les pâtures. Sans déranger les paisibles montbéliardes, nous traversons la prairie pour rejoindre la lisière du bois.
A travers bois, un petit sentier nous permet de longer le haut du cirque. En chemin, un joli point de vue donne à voir les falaises vertigineuses de calcaire des Côtes du Doubs.
Ce splendide panorama nous offre une large vue sur le parcours réalisé la veille. En haut de ces falaises, il n’est pas rare de croiser la route d’un chamois. Si vous êtes assez silencieux, avec un peu de chance, vous pourrez en apercevoir.

Une petite descente assez abrupte nous fait arriver sur la route. Avant de prendre le chemin du Bois de la Biche, il est possible (et fortement conseillé) de faire un crochet de quelques minutes au point de vue de la Cendrée. L’accès est assez aisé malgré une petite montée assez escarpée, mais plutôt courte. Depuis ce belvédère perché à 990 mètres d’altitude, on peut admirer un autre panorama sur le Doubs sillonnant la Vallée en contrebas et les falaises qui l’entourent. Superbe sous le soleil !

La dernière partie du circuit se fait sur route goudronnée. Une montée progressive nous conduit au point d’arrivée (et de départ) de la randonnée des Gorges du Doubs, à l’hôtel-restaurant au Bois de la Biche. La boucle du Doubs est bouclée !

Détours gourmand à Damprichard

Claudine, productrice de lait à Comté sur la commune de Damprichard nous accueille à l’entrée du magasin de la fruitière. Deux fois par semaine, les mardi et jeudi à 9h30, l’exploitante agricole anime des visites de la fruitière pour les touristes. Avec sa collègue Edith, elle raconte l’histoire des fruitières et explique tout le procédé de fabrication. La visite commentée dure environ 1 heure et peut se dérouler également sur demande, les autres jours de la semaine.

Pour commencer, Claudine tient à rappeler comment est produit le lait à Comté. La productrice aime parler de ses Montbéliardes : « J’élève avec mon époux une trentaine de vaches laitières et autant de génisses » nous explique-t-elle. Elle évoque leurs soins, la richesse de leur alimentation avant de présenter le fonctionnement des coopératives.

Après une présentation succincte de la filière Comté, direction l’atelier de fabrication. Le maître fromager, Christophe Krasauskas et son second Adrien, sont à l’ouvrage depuis 4h30 du matin. Encore plus tôt, le ramasseur de lait a réalisé sa tournée quotidienne des 29 producteurs implantés à 25 kilomètre à la ronde. « 7,2 millions de litres de lait sont transformés chaque année à la fruitière de Damprichard » explique Claudine. En un an, ce sont donc 5 millions de litres de lait qui sont transformés en savoureux Comté et le reste en Morbier.

Au cours de la visite, nous pouvons assister au brassage du lait et à son soutirage avant de voir le Comté prendre sa forme dans un moule. Au moment du moulage, le maître fromager appose la fameuse étiquette verte sur le fromage encore blanc, la garantie pour le consommateur d’avoir un Comté d’appellation d’origine protégée.

Après un tour d’horizon de quelques-unes des 11 caves de préaffinage du Comté et du Morbier, Claudine nous conduit au magasin pour une dégustation des produits. Tour à tour, nous testons le Comté jeune, fruité puis vieille réserve et mesurons alors toute la richesse de ce terroir...

Infos pratiques

Fruitière de Damprichard
20 rue des Écoles 25450 Damprichard