Virée moto au Pays du Comté

Savoureux Circuit Bandeau

N° 11

Assiette, cuve, plateau… Il est amusant de voir que le jargon des motards rejoint parfois l'univers du Comté !
Pour vérifier cette adéquation insolite, voici un savoureux circuit spécialement dédié aux amoureux des belles cylindrées, qui emprunte une route mythique en la matière : la vallée du Dessoubre !

Téléchargez
la fiche synthétique du circuit

Le circuit en vidéo
Toutes les étapes du circuit

Étape 1.- Sur la ligne de départ à Trépot

Avant de démarrer votre périple sur les routes de Franche-Comté, une étape à la fromagerie-musée de Trépot est incontournable : tout, tout, tout, vous saurez tout sur la fabrication séculaire du Comté ! Le jour de votre visite, peut-être rencontrerez-vous Roland Philippe, qui préside l'association du musée : ce dernier n'est autre que l'oncle de Vincent Philippe, décuple champion du monde d'endurance moto, Franc-Comtois et fier de l'être !

Roland Philippe est la figure emblématique du musée : c'est lui qui, à la fin des années 70, a porté le projet sous l'impulsion du maire de la commune. "Nous avons mis trois ans à réunir les fonds, avec un battage médiatique conséquent, confie t-il. Ouvrir ce musée, c'était faire perdurer la vie de la fromagerie, et contribuer à dynamiser la commune". Le musée de Trépot s'est, en effet, installé en lieu et place de l'ancienne fromagerie du village, où Gabriel Prost a officié avec sa femme Colette, jusqu'en 1978. Les outils et équipements d'époque ont été conservés, enrichis depuis par des dons divers et variés, qui affluent depuis l'ouverture des lieux. Ici, des moules à fromage ou boîtes de lait confiés par l'ENIL de Mamirolle, là des carnets de lait cédés par les habitants de la commune, là encore des moules à beurre retrouvés dans le grenier d'une fromagerie du coin… A lui seul, le petit musée de Trépot rassemble une belle collection d'outils et d'objets, rustiques et émouvants, témoignages des techniques ancestrales de fabrication du Comté et, plus encore, du mode de vie des fromagers de l'époque. 

Patrimoine sauvegardé

A l'époque néophyte en la matière, Roland Philippe s'est complètement pris au jeu, et c'est avec une passion dévorante qu'il raconte désormais l'histoire de chaque objet du musée : "Regardez ces anciens bidons de lait : un jour, lors d'une visite, un monsieur me dit "ce sont les bidons des ânes de Bonnevaux ? Mais je les ai pris en photo à l'époque !" Et il nous a envoyé ses clichés, que nous avons ajouté à la collection. C'est quand même formidable !" Puis il enchaîne en s'accroupissant au sol, afin de nous montrer l'ingénieux système de chauffe des chaudières à lait : un foyer mobile, sous le sol, que l'on faisait glisser sous les cuves en tournant une manivelle, "avec du bois qui, bien souvent, était donné par les paysans, ce système de chauffe ne coûtait rien !"

D'anecdote en anecdote, de salle en salle, on se laisse porter par l'atmosphère des lieux avant de terminer, à l'étage, dans une salle meublée de bancs et tabourets de traite, pour visionner l'ultime fabrication de Comté de Gabriel Prost, le 31 décembre 1977, filmée par "FR3" – une vidéo exhumée des archives de l'INA par Roland Philippe. A la sortie, une petite vitrine garnie de Comté, beurre et crème, permet de faire quelques emplettes-souvenir gourmandes. En n'oubliant pas de saluer la statue de cire de Gabriel Prost, qui veille sur les lieux !

Infos pratiques

Fromagerie-Musée du Trépot
3, Place de la Mairie
25620 TREPOT

Roland Philippe
03 81 86 71 06

www.fromagerie-musee-trepot.fr

Étape 2.- Pleins gaz jusqu'à Loray

Après votre visite à Trépot, rejoignez Mamirolle pour emprunter la voie rapide en direction de Pontarlier, puis Morteau/Valdahon. Bien lancés sur cette route rectiligne et agréable, ne manquez cependant pas la sortie "Loray" pour un sympathique déjeuner "Chez Robichon".

À la fois hôtel, restaurant et traiteur, la maison Robichon a plusieurs cordes à son arc ! Le midi, il est possible de s'y attabler pour un menu de saison à l'esprit brasserie qui change chaque semaine, et qui fait une belle part aux produits régionaux : salade comtoise aux petits oignons frais et dés de Comté, gambas flambées au Pontarlier-Anis, fondue au Comté... Les ouvriers du coin ont leurs habitudes au "P'tit Bichon", tandis que le restaurant s'ouvre aux visiteurs de passage. Lorsque le beau temps est au rendez-vous, la terrasse vous tend les bras, protégée du soleil par un large store qui rend le déjeuner des plus agréables.

Un parking préservé des regards vous permet de stationner votre moto en sécurité et, si besoin, le restaurant dispose également d'un garage fermé, permettant d'accueillir des visiteurs individuels, mais aussi des groupes : pensez-y pour vos virées entre amis à deux-roues dans la région !

• Hôtel Restaurant Robichon
22 grande rue 25390 Loray • 03 81 43 21 67

La fromagerie à ne manquer à Loray

Étape 3.- Les chicanes de la vallée du Dessoubre

Après votre escale gourmande à Loray, retour sur votre monture pour attaquer la partie stratégique de ce circuit: La Vallée du Dessoubre ! Il vous faudra d'abord reprendre la voie rapide en direction de Morteau puis, avant Fuans, des panneaux vous indiqueront le "Val de Consolation" : suivez-les et profitez de la beauté des lieux !

En remontant en direction de Saint-Hippolyte, vous emprunterez les petites routes sinueuses qui longent le cours du Dessoubre, dans une nature foisonnante. Un plaisir pour tous les motards, qui sont d'ailleurs nombreux à suivre ce parcours privilégié lorsque le beau temps est de la partie. N'hésitez pas à faire une pause au hasard, sur l'une des aires de stationnement qui jalonnent la route : vous aurez sans doute la surprise de trouver une petite plage de galets, où vous installer le temps d'un moment de repos, les pieds dans l'eau.

En chemin, ne manquez pas de vous arrêter au Val de Consolation : ce lieu préservé possède un je-ne-sais-quoi de magique, qui attire d'ailleurs des visiteurs nombreux, séduits par une certaine dimension spirituelle. Ne vous étonnez pas, donc, d'y trouver des yogis ou des personnes plongées en méditation ! Cette singularité sympathique illustre le bien-être que l'on peut ressentir en parcourant les allées du vaste parc, ouvert à tous, moyennant une participation de 3 €. Vous pouvez circuler librement dans le parc, en vous arrêtant près des petites cascades ou aux abords de l'eau, ou bien tenter l'une des randonnées proposées, jusqu'à la grande cascade du Lançot, la Grande Grotte, la source du Tabourot ou encore la source Noires, des sites fameux à explorer !

En suivant les lacets de la vallée du Dessoubre, laissez-vous porter (ou plutôt rouler !) jusqu'à Saint-Hippolyte, un petit village typique au charme surrané, où l'on peut encore apercevoir des devantures à l'ancienne, typiques des années 50. Installez-vous en terrasse de la grande place pour vous désaltérer, puis prenez le temps de faire quelques pas dans cette "petite cité comtoise de caractère". Saint-Hippolyte a conservé de son époque médiévale des ruelles étroites et des cours intérieures qui méritent que l'on s'y égare. L'église collégiale est également ouverte au public, et la vue sur l'eau depuis la cour du couvent des Ursulines est pleine de charme.

Avant de repartir, faites une pause shopping à la crèmerie "Au bon Comté" (ça ne s'invente pas !). Vous y trouverez notamment des Comté en provenance directe des caves du Fort-Saint-Antoine. Et l'accueil chaleureux mérite à lui seul le détour !

• BONUS VIDEO :

Infos pratiques

• Amis motards, bienvenue sur les petites routes du Doubs !

Avec son relief de moyenne montagne, le Doubs prête à merveille ses petites routes, ses gorges, ses vallées et ses plaines aux virées à moto. Un régal pour les accros du deux-roues motorisé, ceux qui aiment enrouler courbes et virages et mettre un peu la "poignée dans le coin", comme ceux qui préfèrent les balades à moto plus tranquille. Et vous êtes nombreux.  A tel point que plusieurs itinéraires de découverte "spécial motards" vous sont proposés, et qu’un label exclusif a été créé pour l’accueil des motocyclistes. 

• "Motards bienvenue !", un label précurseur

Toujours en avance d'une roue, le Doubs a créé le label exclusif "Motards, bienvenue !". Un réseau d'hébergements qui chouchoutent les motards, vous réservent un accueil tout particulier et des équipements adaptés à vos attentes : un garage fermé, un local chauffé pour le séchage des vêtements et des combinaisons, un outillage minimum pour les petites réparations, la liste des concessionnaires ou réparateurs moto sur le secteur et des pompes à essence, des suggestions d’itinéraires, un pot de bienvenue…  Aujourd’hui de nombreux établissements (hôtels, chambres d’hôtes, centres de vacances, gîtes d’étape et de séjour, auberge de jeunesse) sont labellisés "Motards, bienvenue !".

Étape 4.- Pit-stop à la Ferme Miroir du Comté

Au départ de Saint-Hippolyte, prenez cette fois la direction de Maîche : là encore, de jolis lacets vous promettent des sensations fortes sur la route ! Nous vous invitons cette fois à faire escale chez Philippe Perrot, producteur de lait pour la coopérative "Miroir du Comté", aux Fontenelles. Pour trouver sa ferme, suivez les pancartes qui vous indiquent, depuis ledit village, le lieu-dit "Cerneux-aux-Faivres". Il vous faudra aller tout au bout du chemin pour découvrir la ferme "Miroir du Comté". 

Un petit tour par l'étable

Nous vous recommandons de lui passer un petit coup de fil avant votre visite, bien que le discret et sympathique exploitant soit assez souple "il m'arrive aussi de faire des visites à l'improviste", avoue-t-il. Mais pour préparer au mieux votre venue –et s'assurer de sa disponibilité le moment venu-, un rendez-vous est hautement préférable. Car Philippe Perrot a, chaque jour, du pain sur la planche ! "Je trais jusqu'à 27 vaches deux fois par jour" explique le producteur, dont le quota annuel de lait à Comté est de 150 000 litres. Lors de votre visite, Philippe Perrot vous montrera d'abord la laiterie, "où le lait est refroidi à 12° en attendant son ramassage quotidien". Un détour par la vaste étable vous permettra peut-être de saluer les veaux et, bien sûr, quelques chats roulés en boule dans la paille ! "Ici, explique-t-il en poussant une porte attenante, je conserve tout le fourrage pour l'hiver". Lorsque les températures redescendent, les vaches Montbéliardes sont en effet nourries au foin et au regain, avec un complément céréalier de 3 kg maximum par jour –des produits sains uniquement !

Altitude : 940 mètres

"Suivez-moi sur le haut de la colline, il y a une jolie vue sur le village et, juste derrière, c'est la Suisse !" L'exploitation de Philippe Perrot se situant à 940 mètres d'altitude, le panorama depuis le point le plus haut de son terrain est fort agréable. Les vaches ont la sympathie de ne pas nous en vouloir de fouler ainsi leur territoire privilégié, pour admirer les environs ! Si l'heure le permet, vous pourrez peut-être assister à la traite du soir et ainsi découvrir le lait qui, dès le lendemain, partira pour la fromagerie des Fontenelles. Le fruit de ce travail collectif est ensuite confié aux caves d'affinage Rivoire-Jacquemin. Faites une halte à la fromagerie "Miroir du Comté" en repartant de la ferme : elle ouvre essentiellement le matin, mais aussi le soir de 18h00 à 19h00 (les lundi, mardi, jeudi et vendredi). Votre découverte sera ainsi complète, du pré à l'assiette !

Étape 5.- Repos des pilotes à l'Etang du Moulin

Quelques kilomètres seulement séparent Les Fontenelles de Bonnétage : c'est ici que nous vous invitons à passer une nuit hautement ressourçante, après votre journée sur les routes Haut-Doubs ! Jacques Barnachon et sa sœur Sandrine Boissenin ont fait de "l'Etang du Moulin" familial un écrin de bien-être qui, de la table au spa, ravit tous les sens.

Les chambres, très contemporaines et décorées avec goût, possèdent une atmosphère feutrée, signe d'une maison de qualité. Au moment de réserver votre nuit, offrez-vous également un accès au spa qui vaut vraiment le détour : hammam, sauna, jacuzzi, douche à sensation et salle de remise en forme composent l'offre bien-être de l'hôtel-restaurant, à laquelle on accède en chaussons et peignoirs, mis à disposition dans toutes les chambres.

Bien-être et saveurs au menu

L'Etang du Moulin est aussi une table prisée. Jacques Barnachon, qui a fait ses armes auprès de chefs étoilés, y propose depuis vingt ans une cuisine raffinée, accompagnée de vins habilement choisis par Sandrine Boissenin, sommelière. Pour votre dîner, vous avez le choix entre le restaurant gastronomique ou le "bistrot", plus accessible : deux cartes différentes, mais une même exigence en cuisine. Le matin, le petit déjeuner vous promet monts et merveilles, à juste titre : le buffet continental, très copieux, est garni de succulents produits régionaux; Comté, Morbier, charcuterie, confitures artisanales, laitages, fruits ou encore viennoiseries se laissent déguster sans modération !

Et pour profiter pleinement de ce séjour l'esprit serein, votre monture sera soigneusement garée dans un garage fermé à clé, l'hôtel-restaurant possédant en effet le label départemental "Motards Bienvenue". Une escale parfaite pour recharger les batteries !

Infos pratiques

L'Etang du Moulin
25210 BONNÉTAGE

03 81 68 92 78
www.barnachon.com

Paddock gourmand : la coopérative bio de Cerneux-Monnot

Cerneux-Monnot est un lieu-dit situé à quelques kilomètres du centre de Bonnétage : ralentissez l'allure pour ne pas manquer la coopérative bio de Luc Mourey ! Ce jeune fromager transforme chaque année 2,3 millions de litres de lait 100% bio, collecté auprès des producteurs locaux. "Le Comté, le beurre et la crème sont fabriqués sur place, confie t-il, et pour l'affinage, nous travaillons avec Marcel Petite".

Côté boutique, Edith assure un accueil des plus sympathiques. "Edith est l'épouse de l'ancien fromager, j'ai repris l'affaire en décembre 2015 seulement ! Elle a accepté de rester pour assurer la vente au détail". Dans sa toute petite échoppe, la fromagerie ne manque pas de ressources : aux côtés des produits fabriqués sur place, œufs, cancoillotte, raclette, Morbier, Bleu de Gex et yaourts se taillent aussi une place de choix, là encore tous labellisés bio. Le sympathique fromager accepte volontiers de faire visiter son atelier "idéalement à partir de 10h30, une fois la fabrication effectuée". A la sortie, les cloches des Montbéliardes salueront votre départ : une pause aussi bucolique que gourmande !

Fruitière bio de Cerneux-Monnot
6, route de Cerneux-Monnot 25210 BONNETAGE • 03 81 43 76 18

il y a aussi une autre fromagerie à Bonnétage...

En pole position à La Roche du Prêtre

Sur la route de Maîche, avant Bonnétage, suivez le panneau vous indiquant le belvédère de la Roche du Prêtre. Facilement accessible, ce point de vue vous offre un panorama unique sur tout le Val de Consolation.

Culminant à 843 mètres, la Roche du Prêtre domine un amphithéâtre naturel foisonnant, où de nombreux ruisseaux jaillissent au pied des falaises –ces derniers sont surtout visibles en automne et jusqu'au début du printemps, lorsque les feuillages des arbres sont moins denses. De même, la toiture de Notre-Dame de Consolation se détache de la végétation, plus ou moins franchement selon la saison. Le silence des lieux est à peine perturbé par le son des cours d'eau bouillonnants, que l'on devine en contrebas.

Des panneaux didactiques vous permettent d'en apprendre davantage sur le Val de Consolation : un territoire où les premiers agriculteurs se sont installés à l'âge de bronze, et où les religieux ont choisi de s'implanter dès le XVème siècle. Si vous êtes chanceux, peut-être apercevrez-vous un faucon pèlerin, roi de ce paradis des oiseaux voltigeurs !